TAGFISH
Groupe Berlin
>Périphérique Arts mêlés 8è

Une table, sept chaises, pour six écrans, pour six personnages qui tissent l’avenir d’un coin de la Rurh classé patrimoine mondial de l’UNESCO. Un cheikh saoudien souhaite racheter une ancienne mine pour en faire un complexe hôtelier luxueux. Le débat est alors lancé entre les acteurs locaux… Traité comme un véritable reportage, Tagfish fait partie de ces projets du groupe Berlin, autour d’une série de portraits de villes en mutation.

Depuis 2003, le Groupe Berlin esquisse une série de portraits de villes : Jerusalem, Iqaluit, Bonanza, Moscow. Tagfish est le projet pilote d’un nouveau concept abordant des sujets dans le format de conversations de table élaborées d’après des interviews de personnes filmées séparément, qui ne peuvent pas ou ne souhaitent pas se parler, et sont réunies de façon factice.

Invités à travailler dans le cadre de « la Rhur capitale culturelle de la culture 2010 », le Groupe Berlin découvre une histoire surprenante : celle de nombreux hectares du site de Zollverein, une ancienne mine de charbon classée par l’Unesco au patrimoine mondial comme « site de développement ». Un « village créatif » doit occuper une partie du site avec différentes unités dont un hôtel avec un cheikh saoudien comme principal investisseur. Presqu’un film…

Les artistes décident de filmer les principaux protagonistes du projet : l’architecte, le médiateur, le journaliste, le responsable de la ville, etc… Sept personnes, autant de personnages de Tagfish, rediffusés sur sept écrans autour d’une grande table de bois.
Mais un fauteuil reste désespérément vide : celui du cheikh dont on attend la venue, qui attend en réalité que le projet s’établisse de façon ferme et que toutes les décisions soient prises au plan local. D’où le titre « Tagfish », désignant un joueur de poker qui ne prend jamais de risque. Car, dans ce dossier Zollverein, personne n’ose prendre de risque. Maladie de nos sociétés contemporaines, chacun renvoie la balle à son voisin, ou se protège sous une multitude de détails administratifs et techniques.

Ces protagonistes ne se sont jamais rencontrés… Le dispositif scénique crée cette rencontre, chacun se répondant à travers les interviews filmées. Lâcheté, langue de bois, veulerie sont de la fête ! Une habitude en écho à l’actualité en cette année d’élections…

——————————————————————————–
vendredi 27 janvier – 20h30
samedi 28 janvier – 20h30

L’-Théâtre des Arts / Cergy-centre

distribution
Concept et recherches Berlin [Bart Baele, Yves Degryse] • avec Hans-Jürgen Best, Christoph Finger, Rolf Heyer, Wolfgang Kintscher, Kaspar Kraemer, Thomas Rempen, Koastas Mitsalis et le Chœur en consolidation • coordination générale Natalie Schrauwen • photographie Bart Baele • interviews Yves Degryse • montage Bart Baele, Geert De Vleesschauwer • bande son et mixage Peter Van Laerhoven • prise de son Tom De With, Maarten Moesen, Dimitry De Cock, Bas de Caluwé • scénographie, coordination technique Linde Raedschelders • système vidéo et chaises Manu Siebens, Fisheye • costumes Kristin van der Weken, Kim Troubleyn • assistant post-production Frank Lassen • construction du décor atelier de Schauspielhaus Essen, Théâtre Royal de la Monnaie, Babs Boey, Anne Heyman • assistance techniques systèmes chaises Herman Venderickx, Dajo Peeters, Joris Festjens • transcription dialogues Annika Serong, Anne Habermann, Peter Hassaers

——————————————————————————–

Informations pratiques
Plein tarif 13 € / tarif réduit 10 € / tarifs abonnés 9 € à 4 €
Réservations au 01 34 20 14 14 – www.lapostrophe.net