Ce vendredi matin, les parents d’élèves et les enseignants du collège Jules Ferry d’Ermont se sont retrouvés pour une opération « collège mort » en réaction à l’annonce de la dotation horaire prévisionnelle pour la prochaine rentrée. Les élèves étaient accueillis mais aucun cours n’était assuré, parents et professeurs étant réunis pour se concerter sur les conséquences prévisibles de cette dotation et les suites à donner au mouvement.

 Cette dotation prévisionnelle prévoit que 47 heures seront supprimées, sur lesquelles 28 correspondent à une fermeture de classe pour une perte estimée à 20 élèves seulement. « De plus cette prévision ne prend pas en compte la livraison imminente de 800 nouveaux logements dans le secteur », ajoutent les professeurs.

En plus d’une nouvelle hausse du nombre d’élèves par classe, ils estiment que cette dotation entraînera « la suppression totale des dispositifs d’aide en français et en mathématiques », « la remise en cause du dédoublement des classes de sciences (suppression prévue pour un niveau) », « la réduction des postes en anglais et en sciences de la vie et de la terre » et la remise en cause des projets menés dans ces disciplines. Enfin, ils craignent également « la multiplication des services partagés entre deux ou plusieurs établissements. »

Ce jeudi, une délégation de parents et d’enseignants avait été reçue à l’Inspection Académique afin de demander la révision de cette dotation prévisionnelle, sans réelle avancée pour le moment. Suite à l’action de ce vendredi, les enseignants et les parents ont planifié des temps de concertation et d’action avec dans un premier temps une réunion d’information pour l’ensemble des parents le jeudi 9 février à 20h au collège. Une motion sera présentée lors du prochain conseil municipal et une manifestation est envisagée si aucun changement n’intervient avant les vacances.