Le 28 janvier dernier, 37 acteurs du département se réunissaient pour la première fois au sein du « Conseil valdoisien du développement durable ». L’occasion de se pencher sur cette nouvelle cellule de réflexion environnementale et ses objectifs.  

Ils sont 37, élus (maires et maires adjoints), membres de l’éducation nationale (professeur et proviseur de collège) ou d’associations (ADVOCNAR, ADT Quart monde, etc.), entrepreneurs, salariés, agriculteur ou médecin ou encore membres d’administrations économiques (CCI, etc.). Les membres du « Conseil valdoisien du développement durable » tout juste formé ont tous à cœur le développement durable.

La première séance a permis d’identifier les axes de réflexion des réunions à venir. L’énergie et les ressources alimentaires seront tout particulièrement concernées. Les différents acteurs ont pour mission de réfléchir sur les différents sujets proposés afin de d’accompagner les élus du Conseil général du Val d’Oise dans des prises de décisions « éco-responsables ».

Des nombreuses propositions ont déjà été formulées sur les deux sujets phares que sont l’énergie et les ressources alimentaires. Sur le premier, la lutte contre la précarité énergétique, l’amélioration des bassins de vie dans une optique de lien entre l’énergie et l’organisation de l’espace ou encore l’utilisation des ressources locales ont été proposés. Pour le second point, l’agriculture envisagée comme une ressource de la ville, l’encouragement des circuits courts d’alimentation et la notion de poumons verts sont autant d’idées qui ont été retenues.

Les membres se réuniront une nouvelle fois le 14 mars pour présenter de nouvelles propositions pour le département. « En tant que territoire de la région capitale, il est de notre responsabilité d’intégrer au mieux l’ensemble des paramètres de gestion durable qui sont de notre ressort, notamment dans le cadre du Grand Paris » explique Arnaud Bazin, président du conseil général.