Répondant à une tribune du Monde signée par Philippe Doucet, maire socialiste d’Argenteuil, Philippe Métézeau, conseiller municipal d’opposition, réagit. « M. Doucet se propose modestement de refaire la France. Rien que cela ! Qu’il fasse déjà à Argenteuil ce qu’il doit faire. On ne lui en demande pas plus » ironise-t-il.

 La semaine dernière, Philippe Doucet proposait dans une tribune du Monde de « refaire la France ». Une idée qu’approuverait presque l’élu d’opposition UMP, Philippe Métézeau… si le maire d’Argenteuil faisait de sa commune « un laboratoire d’expérimentation de ses idées ». « De la théorie à la pratique, il y a quelques distances, et de nombreuses différences » explique-il.

Parmi les nombreux sujets abordés, Philippe Métézeau s’intéresse en premier lieu au « sentiment d’abandon » qui se développe « dans l’habitat pavillonnaire » et la « paupérisation des grands ensembles » dénoncés par Philippe Doucet. Selon lui, le maire n’a pourtant rien proposé d’autre aux zones pavillonnaires que « de se densifier en accumulant  les constructions collectives » et aux grands ensembles une « politique clientéliste et des promesses sans lendemain ». L’élu UMP pointe aussi du doigt l’inactivité du maire face à « l’ethnicisation croissante » et au « repli communautaire » qu’il critique dans sa tribune. « On cherche en vain la moindre tentative de sa part pour réduire l’une et l’autre » déclare-t-il.

Enfin, Philippe Métézeau a également tenu à répondre aux critiques du maire sur « les prises de paroles hasardeuses » qui caricaturent la ville. « Je ne peux que m’associer à cette dénonciation, quelles qu’en soient les cibles visées. Mais pourquoi ne manque-t-il jamais lui-même une occasion de les rappeler, ces paroles hasardeuses ? De les commenter? De les diffuser ? Pourquoi ces caricatures lui servent-elles de jokers chaque fois qu’il est mis en difficulté de répondre ? Pourquoi les instrumentalise-t-il avec gourmandise ? » s’intéroge-t-il.

Philippe Métézeau admet tout de même son « heureuse surprise » de lire l’hommage rendu par Philippe Doucet à Argenteuil. « Inattendu en effet, de lire sous la plume de M. Doucet  qu’Argenteuil a existé avant son arrivée, que notre ville a cultivé des valeurs, des traditions, un savoir-faire sans son concours… », explique l’élu d’opposition. Pourtant, il considère que cela n’est pas suffisant. « Au delà de belles déclarations dans cette tribune, l’auteur ne nous a pas permis de garder ou de retrouver la fierté d’être argenteuillais » explique-t-il.

En guise de conclusion, le conseiller municipal estime que toutes les actions doivent se faire avec le peuple. « Comment ne pas pointer à ce sujet la confiscation à son seul profit de tous les organes d’informations ? Comment ne pas se scandaliser de voir les conseils municipaux, réunis à la fréquence minimal exigée par la loi, confisqués pour la parole du Maire ? Comment ne pas voir le découragement des membres des conseils de proximité, jamais consultés, rarement informés, mais toujours mentionnés dans la propagande comme ayant été associés ? » se demande-t-il.