Bsl
14.00

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

Malgré le froid, le Cercle de silence de Cergy se tiendra vendredi 17 février, comme d’habitude, de 18h à 19h, place du Général de Gaulle à Cergy. Ces citoyens et des militants associatifs engagés dans l’aide aux « sans-papiers » veulent attirer l’attention du public et des pouvoirs publics sur la situation de certains migrants.

 Ce mois-ci, il veulent particulièrement alerter l’opinion sur l’enfermement d’enfants étrangers (en rétention administrative, en zones d’attente) et sur la pétition lancée par RESF et l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE) après la condamnation de la France, le 19 janvier dernier, par la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) pour les traitements infligés à de jeunes enfants placés en rétention.