La Poste s’apprête à franchir un nouveau palier. Concurrencée par le numérique, elle a vu son chiffre d’affaires baisse de 10 % en 3 ans. Avec de nouveaux produits comme la lettre verte ou la lettre électronique, la société historique tente de rebondir. Ces dernières années ont été consacrées à un vaste renouvellement de ses équipements. En tout, 20 millions d’euros ont été investis dans le Val d’Oise.

 Un plan de modernisation sans précédent : c’est le programme engagé depuis 2004 par la Poste pour remettre à niveau son réseau. Avec 3,4 milliards d’euros investis sur tout le territoire, la société a souhaité dépoussiérer un système vieillissant. La technologie s’est donc mise au service du courrier et les diverses plateformes sont désormais équipées de machines dernière génération. Cet investissement profite au Val d’Oise, où sont distribués plus de 900 000 objets chaque jour. Le département bénéficie aujourd’hui d’une couverture bien plus efficace.
 
La technologie au service du courrier

Sur le site de Goussainville, trois engins à la pointe de la technologie s’activent six jours sur sept. « Aujourd’hui, nous traitons 180 000 objets chaque jour sur ce lieu », détaille Guy Brémond, directeur de la plateforme de préparation et de distribution courrier de Goussainville. Une machine de tri préparatoire (MTP) permet de traiter 30 000 plis par heure. Elle les trie suivant divers critères et les oblitère automatiquement. Ensuite, deux machines s’occupent de répartir jusqu’à 10 000 plis par heure dans l’ordre de la tournée du facteur. Un gain de temps considérable pour l’agent, qui peut désormais consacrer plus de temps à sa tournée et à ses c lients, un objectif de proximité cher aux yeux de la Poste.

De meilleures conditions de travail pour les employés

Les salariés ne sont d’ailleurs pas en reste puisque ces investissements ont également été réalisés pour leur confort de travail. Avec le concours de médecins et professionnels, les nouveaux équipements ont été pensés pour faciliter le travail des employés et éviter les blessures. Finis les mouvements dangereux, tout a été étudié pour garantir le confort des salariés. Les casiers des facteurs coulissent et peuvent ainsi se mettre à leur hauteur, ou encore des tapis antifatigues ont été installés pour les opérateurs affectés aux différentes machines.

« On rebondit là dessus, on se réorganise et s’adapte »

Ces changements se sont imposés avec l’arrivée du numérique. La Poste doit aujourd’hui compenser la concurrence d’Internet et des e-mails. La société historique a en effet souffert : elle a perdu près de 10% de son chiffre d’affaires en seulement trois ans. Même si elle tente d’occuper le créneau à son tour avec la lettre électronique. « C’est le changement d’usage du client qui fait baisser le chiffre d’affaires, explique Dominique Lemaire, directeur du courrier du 95. On rebondit là dessus, on se réorganise et s’adapte. » Mais la Poste  tient à conserver sa vocation de service de proximité. Le facteur doit plus que jamais s’imposer comme un rouage essentiel de la vie locale.

Prochaine étape : l’écologie

Cette mission s’appuiera sur un nouvel objectif d’ici 2015 : réduire considérablement les émissions de CO². Pour se faire, 60 000 facteurs ont déjà été formés à l’éco-conduite. Point d’orgue de cette tendance écologique : 10 000 voitures électriques Renault seront déployées dans l’Hexagone dans les prochaines années. Dans le Val d’Oise, 42 véhicules propres seront mis en service avant l’été.

Les chiffres du courrier en Val d’Oise (2011) :

1829 postiers
894 tournées de distribution quotidiennes
905 300 objets distribués chaque jour
Nombre de points de remise : 517 515
Nombre de collectes : 1859
 

 

http://www.dailymotion.com/embed/video/xozzc8