Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

Alors que la trêve hivernale a pris fin le 15 mars, le maire PS de Taverny, Maurice Boscavert, a signé un arrêté interdisant les expulsions dans sa commune. Une décision qui vise, selon lui, non pas à pénaliser les bailleurs mais à « travailler le plus en amont possible de façon à ce que ces bailleurs alertent la commune dès qu’il y a des retards de loyer d’un à deux mois maximum ».

 Comme plusieurs communes de l’Hexagone avant lui, notamment en Seine-Saint-Denis, le maire de Taverny, Maurice Boscavert a décidé d’adopter un arrêté contre les expulsions locatives sur son territoire municipal. L’élu s’explique : « Les communes ont trop l’habitude d’être mises devant le fait accompli. Le but de la démarche est, à terme, de travailler le plus en amont possible de façon à ce que ces bailleurs nous alertent dès qu’il y a des retards de loyer d’un à deux mois maximum ».

Pour lui, « il est impératif de pouvoir faire du préventif plutôt que du curatif ». Le maire propose ainsi d’anticiper la recherche de solutions, pour éviter de devoir en arriver à une expulsion des locataires. « Ce n’est pas parce qu’il y a expulsion que le problème du paiement du loyer est réglé » déclare Maurice Boscavert qui espère ouvrir le débat sur ce sujet. « Je souhaite que ma démarche entraine une réflexion sur l’économie familiale car on ne peut pas traiter le problème de logement comme s’il n’y avait pas de crise » explique-t-il. Il en appelle ainsi à la coopération entre les différents acteurs concernés pour traiter chaque dossier de manière différente. Pour l’élu, « il faut faire du cas par cas en partenariat avec les bailleurs, les services sociaux, les associations spécialisées permettant d’écarter de rares situations abusives ».