Lancée le 1er février 2008, la Plateforme Industrielle Courrier du Val d’Oise, installée à Saint-Ouen-l’Aumône, serait-elle sur le point de fermer ? C’est en tout cas ce que redoutent les syndicats CGT et SUD qui appellent à un rassemblement du personnel et des usagers de La Poste vendredi devant les grilles de l’établissement. De son côté la direction régionale ne comprend pas les raisons de ce mouvement et parle d’une simple « rumeur qui court ».

 « Non à la fermeture de la PIC Val-d’Oise ! Le service public postal et l’emploi en danger ! » D’après les syndicats CGT et SUD, le directeur de la PIC leur a annoncé la disparition de l’établissement à l’horizon 2015. C’était lors d’une audience avec M. Farrugia le 22 mars dernier. Une affirmation démentie depuis mais pas « par écrit » comme l’ont demandé les syndicats qui maintiennent la pression. Dans un contexte pesant à La Poste, qui a connu trois suicides ces derniers mois, ce mouvement vise surtout à dénoncer les « délocalisations du trafic » comme les courriers étrangers qui, à terme, ne transiteraient plus par la PIC de Saint-Ouen-l’Aumône d’après Sébastien Peyr, représentant de la CGT.

«D’où vient cette rumeur anxiogène ? »

La Plateforme Industrielle Courrier lancée en février 2008 aura coûté 8,3 millions d’euros à La Poste pour améliorer la qualité du service dans le département. Equipé de machine performante, ce centre traite l’ensemble du trafic du département. « Rien ne justifie sa disparition », martèlent les syndicats. Même son de cloche du côté de la direction régionale de La Poste qui « ne voit pas bien d’où vient cette rumeur ». « C’est anxiogène pour les personnes qui y travaillent » poursuit-elle, ne comprenant pas l’attitude des syndicats dans ce dossier.

Ces derniers sont pourtant formels et voient dans cette menace de fermeture un acte « dans la droite ligne des déclarations de Jean-Paul Bailly qui refuse de faire la moindre pause dans les restructurations (gelées jusqu’à la fin du mois d’avril, ndlr), malgré la situation sociale alarmante dans l’entreprise. » Pour exprimer leurs inquiétudes, les sections CGT et SUD de la PIC appellent l’ensemble des salariés et des usagers à une première journée d’action vendredi 13 avril avec un rassemblement devant les grilles à 14 h à Saint Ouen l’Aumône.