Destinataire d’une lettre ouverte adressé par Arnaud Gibert, élu MoDem de Bezons, le maire de la commune, Dominique Lesparre a tenu à répondre aux attaques dont il fait l’objet concernant l’utilisation des panneaux d’affichage libre de la ville par des militants du Front de Gauche [voir notre article]. L’élu dénonce principalement le ton « quelque peu cavalier » adopté par le conseiller municipal démocrate et se dit « indigné » de propos utilisés.

 Cible des attaques du MoDem, Dominique Lesparre riposte. Alors qu’Arnaud Gibert a écrit au maire de Bezons pour lui faire part de son mécontentement concernant l’attitude de certains militants du Front de Gauche qui n’hésitent pas, selon lui, à utiliser l’intégralité des panneaux d’affichage libre de la ville, l’élu déplore les propos utilisés dans le courrier. Un ton « quelque peu cavalier » qui met directement en cause le maire dans cette affaire, l’accusant d’utiliser « une milice de collage » pour systématiquement recouvrir les affiches de François Bayrou ou de François Hollande. « C’est vous dire si j’ai été indigné de lire vos propos : vision hégémonique de la démocratie…, l’un de vos miliciens… », déclare Dominique Lesparre, s’adressant à Arnaud Gibert.

Selon lui, Bezons respecte bien la démocratie.  « Il y a de la place pour tous et Bezons dispose encore de panneaux d’affichage libre, contrairement à d’autres communes qui les suppriment délibérément » s’insurge l’élu, avant d’ajouter : « Nous sommes en campagne électorale et toute campagne a son lot de dérives regrettables, mais cela mérite, me semble-t-il, davantage de discernement ».

Le maire de Bezons conclut sa réaction en mettant l’ « irritation et les invectives » du MoDem sur le compte des faibles intentions de vote de François Bayrou « que les sondages donnent désormais derrière Jean-Luc Mélenchon, très loin des 18,57% de suffrages récoltés il y a 5 ans, alors que sa prédiction était de gagner en 2012 ».