Suite à l’effondrement du faux-plafond du restaurant « Le Roi des Gambas », survenu mardi 17 avril à Gonesse, le maire de la commune, Jean-Pierre Blazy a dressé un premier bilan de la situation. Si pour l’heure, la cause du sinistre reste inconnue, l’élu explique que « la commission de sécurité pour la réception des travaux est passée le 25 novembre 2011 pour valider les travaux de réalisation de la coque vide du bâtiment ». Huit personnes ont été blessées.

Au lendemain du sinistre survenu dans un restaurant de Gonesse, Jean-Pierre Blazy apporte avant tout quelques informations sur l’état de santé des huit blessés. Si quatre personnes sont rentrées chez elles dans la soirée après un bref passage au centre hospitalier de Gonesse, deux autres ont été transportées au service des urgences de l’hôpital et les deux dernières à celui de l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois.

Le maire répond également aux interrogations sur l’état du bâtiment. On apprend ainsi que le restaurant avait été inspecté récemment. Visite au terme de laquelle il a été déclaré conforme, le 25 novembre 2011, pour sa structure. L’aménagement intérieur avait pour sa part été certifiée par « le bureau de contrôlée agréé par le Ministère de l’Intérieur Alliance Contrôle Vérification ». Le Roi des Gambas avait ainsi pu entrer en fonction le 10 avril dernier en conformité avec la réglementation.

L’entreposage de cartons soupçonné

Si pour l’heure, les causes du sinistre n’ont pas été clairement définies, certaines hypothèses pourraient rapidement être abandonnées. « L’enquête en cours déterminera les causes du sinistre. Au regard de la certification par le bureau de contrôle et avec toute la prudence qui s’impose, il semble que la réalisation des travaux n’est pas en cause » explique Jean-Pierre Blazy.

Selon lui, le sinistre pourrait venir du poids trop élevé du stockage de matériel. « Les services de secours ont constaté que des cartons étaient entreposés sur le faux plafond. Le parquet a diligenté une enquête. Celle-ci devra déterminer si l’entreposage de ces cartons est la cause de l’effondrement du faux plafond » explique l’élu, qui s’apprête à écrire au gérant du restaurant pour lui indiquer « que sa réouverture sera soumise à une visite préalable de la commission de sécurité ».