Alors que Francis Delattre, maire de Franconville et Yanick Paternotte, s’opposent à l’extraction du gypse par voie souterraine sous la butte du Parisis, Val d’Oise Environnement et plusieurs associations réagissent. Elles accusent l’élu de Franconville de vouloir arrêter l’exploitation pour mener plusieurs projets. « L’exploitation du gypse n’est pas compatible avec la réalisation du multiplexe et la poursuite de l’urbanisation de la butte du Parisis » déclarent-elles. Des accusations fermement réfutées par Francis Delattre, qui ironise : « Heureusement que le ridicule ne tue pas. »

 Enjeu environnemental ou économique ? La volonté affichée par Francis Delattre de stopper l’exploitation du gypse, conformément à une convention signée [voir notre article], fait réagir plusieurs associations. Val d’Oise Environnement, Les Amis de la Terre Val d’Oise, Les Amis de la Butte et Les Amis de la Terre Val d’Ysieux accusent le maire de Franconville ne pas se soucier que de l’aspect environnemental du dossier.

Les associations déclarent que « l’environnement devrait être protégé par le double classement de la butte en périmètre régional d’intervention foncière (PRIF) sous gestion de l’Agence des Espaces Verts du conseil régional et en espace naturel sensible sous gestion du conseil général en vue de la protection de l’espace forestier et agricole ».

Or, d’après elles, « cette double protection n’a pas suffi pour dissuader monsieur Delattre d’urbaniser la butte ». Et de citer plusieurs bâtiments : maison de retraite, déchetterie, extension du cimetière, usine de peinture, aire des gens du voyage. Des constructions qui ont selon elles « déjà détruit une partie de l’espace naturel ». Les associations accusent désormais l’élu d’avoir d’autres projets en tête. « Le maire de Franconville a un projet de chaufferie, de salle de prière et, bouquet final, un multiplexe de douze salles et deux restaurants avec parking en conséquence » déclarent-elles, ajoutant : « Où est la protection de l’environnement dans ces projets qui, à terme, représentent la disparition du dernier espace naturel d’une zone déjà très urbanisée ? »

Créer un parc pour les secteurs urbains

Des accusations qui atterrent Francis Delattre. « Heureusement que le ridicule ne tue pas », déclare l’élu, interrogé sur les accusations portées contre lui. Le maire entend bien prouver sa bonne volonté dans ce qu’il considère comme un « dossier environnemental essentiel ». Il déclare ainsi la zone des carrières de gypse se situe sur « un espace naturel sensible ». « Donc on ne peut pas urbaniser », insiste-t-il. Au contraire, la mairie explique vouloir créer « un parc pour les secteurs urbains sur 400 hectares ». Un projet bien différent de celui de la création d’un multiplexe. A en croire Francis Delattre, ce dernier ne serait d’ailleurs pas situé dans cette zone géographique.

L’élu rappelle en outre la raison pour laquelle il milite pour l’arrêt de l’exploitation du sol. « Il existe une convention qui prévoit l’exploitation de la carrière d’ici quatre ou cinq ans. Or, l’Agence des espaces verts de la Région Ile-de-France établit un nouvel permettant de prolonger le contrat de soixante ans, le tout sans prévenir les communes ». « Nous avons déjà assez souffert de l’exploitation » conclut-il.