Après le premier tour de la présidentielle qui a vu le MoDem crédité de seulement 9,13% des suffrages nationalement et de 8,39% des votes dans le Val d’Oise, la section démocrate départementale réagit. « A l’issue de cette élection, notre famille centriste, démocrate et humaniste devra se refonder en réunissant celles et ceux qui se reconnaissent dans notre courant de pensée » estime Jean-Philippe Picard-Bachelerie, président du Mouvement démocrate du Val d’Oise.

Lors du premier tour de l’élection présidentielle, environ 45 000 valdoisiens ont voté pour François Bayrou, soit 8,39% des inscrits. Une « amère déception » pour le modem 95 qui fustige une « bipolarisation », profitant aux candidats des extrêmes et met en cause « l’aide massive d’un grand nombre de medias ».

« Notre frustration fut forte parce que nous n’arrivions pas à transformer la côte de popularité de François Bayrou en intention de vote. Frustration devant la mainmise systématique des deux premiers candidats des idées de notre candidat. Frustration face à un style de campagne qui a occulté les véritables enjeux de cette élection » déclare Jean-Philippe Picard-Bachelerie.

Le chantier d’une alliance centriste

La déception du premier tour consommée, le MoDem pense déjà au futur. « Il est clair qu’à l’issue de cette élection, notre famille centriste, démocrate et humaniste devra se refonder en réunissant celles et ceux qui se reconnaissent dans notre courant de pensée » estime le président du Mouvement Démocrate 95. Un « chantier » qu’il entend bien voir aboutir : « Je souhaite que nous entreprenions une démarche de réconciliation, sans jugement de valeur, en vue d’un large rassemblement des démocrates et des humanistes. »

Alors que Francois Bayrou a écrit aux deux candidats encore en lice, le MoDem valdoisien annonce qu’il sera « attentif aux réponses que donneront les deux candidats »