Les parents d’élèves scolarisés à l’école élémentaire Paul Cézanne de Marines ont été informés de la fermeture d’une des classes lors de la rentrée prochaine. Ils entendent maintenant se mobiliser pour exprimer leur mécontentement.

 C’est une annonce qui passe mal auprès des parents d’élèves. L’école élémentaire Paul Cézanne de Marines pourrait devoir se séparer de l’une de ses dix classes à la rentrée prochaine. Inconcevable pour l’Association Marinoise Indépendante de Parents d’Elèves (AMIPE) qui dénonce les problèmes que pourraient causer une telle mesure. « Cette fermeture aura pour conséquences des effectifs élevés, plusieurs classes à double niveaux, une inclusion plus difficile pour nos élèves de CLIS », explique-t-elle.

Interrogée sur la situation de l’école élémentaire Paul Cézanne, la présidente de l’AMIPE, Angélique Leroyer, craint de voir « la plus grande école de la circonscription payer les pots cassés des milieux urbains ». Elle s’explique : « En tant qu’établissement situé en zone rurale, nous avons plus de difficultés à remplacer qu’une école située en milieu urbain. Or, notre statut laisse imaginer que nous pourrons assumer une suppression de poste. Nous cumulons tous les inconvénients, mais pas les avantages de notre taille ».

Silence radio de l’académie

Angélique Leroyer dénonce également l’absence de réaction de l’académie à un courrier envoyé par l’association. « Nous avons envoyé un courrier recommandé au directeur académique qui n’a toujours pas répondu malgré nos relances » explique-t-elle. Un manque d’attention lié à l’importance de la commune ? Possible à en croire l’association. « On a l’impression que le directeur académique attend de voir l’ampleur de la mobilisation avant de réagir ». Et d’ajouter : « Nous ne comptons que 3000 habitants, donc le mouvement risque de se faire avec les mêmes personnes. Mais il y a déjà des parents d’élèves qui se disent prêts à rester à l’école plusieurs jours de suite ».

Les parents d’élèves font aujourd’hui part de leur mécontentement. Sur les réseaux sociaux d’abord, avec une page Facebook, mais également à travers une pétition papier qui compte plus de 440 signatures et une seconde en ligne. Ils prévoient en outre un « sitting » à partir du lundi 30 avril devant l’école.

L’école maternelle déjà surchargée

Alors que les classes de primaire pourraient être plus chargées dès 2012, Angélique Leroyer explique que la est déjà compliquée pour les enfants de l’école maternelle. « Aujourd’hui, les 150 élèves de maternelle sont répartis dans 5 classes déjà surchargées. Ces enfants risquent d’effectuer une grosse partie de leur scolarité dans des classes de plus de 30 élèves. »