Critiquée par la droite la semaine dernière sur son bilan, la majorité socialiste régionale avait répondu en dénonçant « une droite sans bilan ni projet » (voir notre article). Evoquant les arguments de la gauche, valorisant son action en faveur du RER D et de la ligne H, Claude Bodin, conseiller régional UMP, ironise, voyant dans ces propos « les meilleurs contre-exemples ».

 Claude Bodin vole au secours du groupe d’opposition régionale Majorité Présidentielle. Alors que la gauche s’était appuyée sur son action en faveur des transports ferroviaires pour répondre à ses attaques et celles de Valérie Pécresse, l’élu tente de démontrer en quoi les cas du RER D et de la ligne H sont des « contres-exemples » des propos socialistes. Il revient ainsi sur le quotidien des usagers de la ligne H, handicapés par « les pannes à répétition » et déclare que « les retards de livraison du Transilien sont la conséquence directe du choix de la gauche régionale qui a mis en service, à la hâte, des rames non fiabilisée la veille des élections régionales ». Et d’ajouter : « C’est sous la pression des élus UMP, qui n’ont eu de cesse de demander un plan d’urgence sur cette ligne, que la région a commencé à se soucier du problème ».

Même critique concernant le RER D. « Le groupe UMP a toujours défendu le projet du barreau ferroviaire de Gonesse et s’est battu, avec le soutien actif de Yanick Paternotte, député de la 9e circonscription, pour que sa mise en service intervienne d’ici 2017 » explique le conseiller régional. Plus généralement, il rappelle que les transports en commun sont de « la compétence régionale par excellence ». Une compétence gérée détenue par la gauche depuis de nombreuses années. « S’ils se sont ce point dégradés, c’est bien parce que Jean-Paul Huchon, qui est à la tête de la région depuis 14 ans et du STIF depuis 6 ans n’a jamais pris la mesure du problème » estime l’élu.