Dans une lettre adressée aux  196 maires-adjoints et conseillers municipaux majoritaires des 8 villes de la 6e circonscription, le député François Scellier appelle chacun à sa « responsabilité d’élu » et se veut fédérateur. « Restons mobilisés, restons unis, toute dispersion et toute désunion à l’intérieur de notre propre camp auraient nécessairement des conséquences désastreuses » clame-t-il.

 Les élus de droite d’Andilly, Deuil-la-Barre, Enghien-les-Bains, Margency, Montmagny, Saint-Gratien, Sannois et Soisy-sous-Montmorency recevront bientôt un courrier de leur député de circonscription, François Scellier. Dans celui-ci, il dresse un bilan du premier tour de la présidentielle et dit en tirer une leçon, « celle de l’absolue nécessité de l’unité » de sa famille politique. Il redoute en effet un éclatement de la droite à l’issue du second tour de l’élection présidentielle en cas de défaite de Nicolas Sarkozy.

Un danger qui le pousse à s’adresser à ses confrères. « Vous avez entendu comme moi, les représentants du Front National, ainsi que ceux qui, à Droite comme à Gauche, espèrent pouvoir tirer profit d’une désunion, se délecter d’une éventuelle implosion de l’UMP après le 2e tour des élections présidentielles, pour comprendre que notre devoir est de préserver coûte que coûte notre Union », déclare l’élu, qui les mets en garde, rappelant les « rivalités qui (leur) ont coûté si cher : quatorze ans de socialisme ». Plus que les clivages « RPR » et « UDF », François Scellier craint que certains élus ne cèdent aux sirènes de Front National devenu plus « fréquentable ».

Il redoute en outres les conséquences d’une présidence socialiste à l’issue du second tour. « J’affirme que si ce scénario, que je n’hésite pas à qualifier de scénario catastrophe, venait à se concrétiser le 6 mai au soir, ce serait la meilleure façon de porter au pouvoir pour au moins dix années, la Gauche la plus stérile et la plus dangereuse pour notre avenir et celui de nos enfants » affirme le député.