C’est lors d’une sortie de terrain, avec son équipe de campagne, auprès des commerçants de Goussainville du quartier des Grandes Bornes que le député a été insulté et son véhicule fracturé. Yanick Paternotte affirme que ses agresseurs, une dizaine, se prévalaient du PS. Indignation immédiate du patron des socialistes du Val d’Oise. Le député a porté plainte.

"Une bande d’une dizaine de jeunes a insulté le candidat  en se prévalant de Luc Broussy (suppléant du candidat socialiste aux législatives), du parti socialiste et de François Hollande – ceci tout en exhibant leur carte du PS…", fait savoir Yanick Paternotte dans un communiqué.

Candidat à sa réélection dans la 9e circonscription, le sortant aurait été traité de « sale nazi ». Il a retrouvé son véhicule fracturé – une vitre explosée – et des effets personnels et de campagne dérobés.

Yanick Paternotte déplore "ce comportement intolérable !"

"Une plainte est déposée et une enquête est en cours pour identifier le ou les auteurs de ces actes inqualifiables". Et le candidat de rebondir sur l’évènement pour rappeler ses arguments de campagne sur la sécurité: "Plus que jamais l’insécurité est une priorité tant à Gonesse qu’à Goussainville !". Et l’élu de déplorer "à nouveau qu’aucun réseau de vidéoprotection active ne fonctionne en continue dans ces deux communes"

La mise en accusation du parti socialiste dans cette agression, en pleine période électorale, n’a pas manqué de faire réagir le secrétaire départemental du PS dans le Val-d’Oise. Dominique Lefebvre a regretté que Yanick Paternotte "porte des accusations sans éléments matériels" sur l’identité des agresseurs. "Que la police fasse son enquête et que ceux qui ont fait cela soient interpellés. Ensuite, on verra", a déclaré ce dernier à l’AFP. Et dans le Parisien de ce jour, Dominique Lefebvre estime que "Yanick Paternotte cherche à créer un incident car il est en grande difficulté sur la circonscription"