L’union syndicale départementale santé CGT 95 a fait parvenir un courrier aux différents candidats des législatives. Interpellés sur les problématiques de santé du Val d’Oise, les prétendants sont invités à répondre pour exposer leurs positionnements face à ce sujet.

Les hôpitaux du Val d’Oise connaissent de nombreuses difficultés. En cause, selon la CGT 95, la loi Bachelot. Celle-ci a donc pris l’initiative d’envoyer une lettre aux candidats des législatives, évoquant les différents problèmes constatés et réclamant des solutions.

Première problématique évoquée, l’alternance d’ouverture, la nuit, des blocs opératoires entre Eaubonne et Argenteuil et la fusion des sites EHPAD et soins de suite, avec une compression du personnel et du recrutement à Aincourt. Le syndicat départemental dénonce également  la perte de 140 lits pour le nouvel établissement de Gonesse, la diminution des lits de médecine et de chirurgie et la fermeture du bloc la nuit à Beaumont ainsi que la baisse des places à l’année à Pontoise.

Enfin, la CGT 95 évoque les problèmes dans le secteur sanitaire et médico-social et dans celui de la psychiatrie. Une difficulté liée selon eux à un manque de personnel et une organisation défaillante.