Pour combler le vide juridique créé par le Conseil constitutionnel après l’abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel, le gouvernement a présenté mercredi un nouveau texte. Un texte jugé trop compliqué par les associations du Val d’Oise qui ne veulent pas de vote dans la précipitation.

http://www.dailymotion.com/embed/video/xrj9qc