« Toute la mansuétude que nous avons eu avec un certain nombre de ces groupes, que l’on connaît tous, n’emmène pas beaucoup de reconnaissance. Jamais ! », a déclaré Francis Delattre, le sénateur maire UMP de Franconville lors d’une réunion publique avant le 1er tour des législatives. Extrait.

« Des groupes, qui vivent essentiellement de la commande publique, on ne peut pas considérer qu’ils peuvent avoir durablement l’objectivité nécessaire dans un combat politique aussi serré que celui que nous avons vécu! », a déclaré Francis Delattre devant des militants et sympathisans UMP venus soutenir, comme lui, le député UMP sortant Jérôme Chartier. La vidéo n’est pas visible sur le site du candidat, mais le PS-95 qui en a retrouvé la trace en diffuse l’intégralité sur son site web.

Francis Delattre, joint par VOnews, ne renie rien de ses propos. « On les a gavés de commandes publiques, comme les socialistes l’ont fait ! », déclare aujourd’hui le sénateur UMP citant notamment le groupe Lagardère « avec Europe 1, le JDD, Paris Match » ou encore Bouygues, propriétaire de TF1 et LCI, remarquant actuellement « l’opportunité de la Une ».

« Je trouve que ceci crée, dans les moments importants de la vie politique, des comportements qui ne sont pas républicains du tout, explique Francis Delattre. Quand il y a un favori, ces gens vont vers le favori. Nicolas Sarkozy en a profité en 2007 et là il en a pris plein la tête en 2012. Tout ça n’est pas sain ! »

Quand on fait remarquer à Francis Delattre que ces propos laissent supposer que les marchés publics seraient truqués et les journalistes aux ordres, il répond : « Je ne dis pas que c’est truqué. On peut s’interroger sur le mélange des genres », et « tout le monde sait que les journalistes pensent à gauche à 80 %. Mais on leur explique qu’il ne faut pas insulter l’avenir ».

Francis Delattre annonce le dépôt d’une proposition de loi sur la base des travaux…. de l’actuel Premier ministre. « Je vais reprendre 80% de la proposition de loi Ayrault de 2009 », s’amuse le sénateur. Il s’agissait d’une proposition « visant à réguler la concentration dans le secteur des médias ».
 
On peut notamment y lire que « ces relations économiques entre décideurs publics, quel qu’ils soient, et décideurs privés possédant des intérêts importants à la fois dans des marchés publics, quelle que soit leur nature, et dans le secteur des médias, font nécessairement naître des doutes sur le degré réel de liberté et d’indépendance des titres de presse ou de chaines de radio ou de télévision concernés ».

Francis Delattre promet lors du débat au sénat "un vrai moment de vérité", tout en rappelant : “J’ai fait une proposition de loi il y a 25 ans pour que les groupes vivant de commandes publiques ne soient pas majoritaires dans les médias, qu’est ce que j’ai pas pris !” 
 

http://www.dailymotion.com/embed/video/xri6pq