Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

Une quarantaine de parents d’élèves ont manifesté devant le Conseil général du Val d’Oise pour protester contre la hausse du prix du transport scolaire. Désormais, le département ne remboursera plus les 50 % du prix de la carte Imagine’ R aux lycéens non boursiers. Le Conseil général, contraint à des économies, concentre ses efforts sur les collégiens "qui dépendent des conseils généraux, les lycéens sont de la compétence de la Région".


Vendredi matin, une quarantaine de parents d’élèves manifestaient devant le Conseil général du Val d’Oise pour protester contre la hausse du prix du transport scolaire. Une délégation de représentants de la FCPE et de l’UNAPEI a été reçue par Marie-Christine Cavecchi, vice-présidente en charge en charge de l’éducation et de l’enseignement supérieur et Philippe Sueur vice-président en charge des transports.

La majorité UVO (UMP et non inscrits) explique avoir fait le choix de maintenir son effort pour les transports des collégiens, "public dont nous avons la responsabilité" et "de maintenir la prise en charge à 100% du transports des élèves des écoles primaires en regroupement pédagogique intercommunal, tenant ainsi compte du caractère rural d’une partie du Val d’Oise" et enfin "de maintenir l’aide sur la carte imagin’R à tous les collégiens, ainsi qu’aux lycéens boursiers (au titre de notre compétence sociale) et sur la carte CSB (carte scolaire bus valable pour 1 aller retour par jour) à tous les lycéens". 

Problème : les lycéens non boursiers ne bénificieront plus du coup de pouce du département. Alertée, la FCPE du Val d’Oise a porté des motions dans les conseils d’administration des lycées. Ainsi au lycée Van Gogh d’Ermont, la fédération de parents explique que "des centaines de familles se trouvent interloquées par le fait que pour la rentrée 2012 les tarifs de la Carte Imagine’ R passeraient de 161 euros à 314 euros pour 2 zones et de 344 euros à 680 euros pour 5 Zones … En effet cette carte ne bénéficiera plus de la subvention départementale.Or, nous constatons tous que les revenus de nos familles ne progressent pas dans ces proportions, au contraire nombre d’entre elles doivent faire face à des difficultés financières grandissantes, certaines étant aujourd’hui en limite de précarité".

"Voilà les choix dramatiques pris par cette majorité", dénonce le Front de gauche qui soutenait le rassemblement de vendredi matin. "La conséquence immédiate de cette dernière mesure est une augmentation de plus de 95% du tarif de la carte Imagin’R, augmentation que les familles devront supporter seules", déclare Jean-Michel Ruiz, porte parole du Front de gauche.

"La majorité UMP-UVO poursuit sa politique inadaptée aux besoins du Val d’Oise et oublie simplement la nécessité pour notre département d’avoir des priorités en direction de la jeunesse et de l’éducation", renchérissent les élus PS par la voix de leur leader Didier Arnal.

De son côté, la majorité UVO déclare regretter "de ne plus pouvoir soutenir tous les Lycéens non boursiers, décision qui est le résultat direct de la politique tarifaire menée par Jean-Paul Huchon et sa majorité de gauche. L’UVO examine aussi quelles seraient les voies d’amélioration en négociant avec le STIF"

L’UVO rappelle qu’en 2012 "le Conseil général a donc maintenu les 8.9 millions d’euros d’aides consacrés à la prise en charge des cartes scolaires (6 millions pour la carte imagin’R, 1,2 millions pour la CSB et 1,7 millions pour les circuits spéciaux)".

http://www.dailymotion.com/embed/video/xs5c32