Il maintenait le suspense depuis la rentrée. Le député maire de L’Isle-Adam et patron de l’UMP-95 a finalement tranché : il souhaite que les militants élisent le secrétaire général Jean-François Copé qui pour lui n’a pas démérité à la tête du parti. "Je ne vois donc aucune raison de le sanctionner". Et il voit bien François Fillon s’attaquer à la mairie de Paris.

 "J’ai pu mesurer durant la campagne présidentielle, qui fut un combat d’une rare violence, la combativité, l’énergie et la loyauté d’un homme, qui en tant que Secrétaire général de l’UMP, a su apporter à Nicolas Sarkozy tout l’appui nécessaire en termes d’organisation, de logistique et de coordination de nos équipes. Sans lui, beaucoup de nos principaux meetings comme la Concorde ou le Trocadéro, qui ont marqué nos cœurs de militants et de citoyens, n’auraient pu se faire, explique Axel Poniatowski dans un communiqué. Jean-François Copé est Secrétaire général de l’UMP depuis décembre 2010, mission particulièrement difficile à remplir, qui demande des qualités d’écoute, de diplomatie mais aussi de décision et d’organisation. Je crois que Jean-François a fait la preuve de toutes ces qualités depuis presque deux ans, permettant à l’UMP de rester unie et le 1er parti militant de France. Je ne vois donc aucune raison de le sanctionner".

Pour le patron de l’UMP 95, "il ne s’agit pas de brûler les étapes, il faut reconstruire avant d’envisager l’élection présidentielle qui est dans 5 ans!"

"C’est parce que nous devons tous nous atteler à cette tâche, que l’UMP a également besoin de François Fillon pour reconquérir Paris en 2014. En tant qu’ancien Premier Ministre et nouveau député de Paris, il est le seul capable de redonner à la droite cette ambition collective. Il est aujourd’hui le seul à pouvoir mener la bataille de Paris avec des chances de succès. Telle est selon moi la répartition des rôles idéale dans l’intérêt de l’UMP."