Alors que l’Assemblée nationale a adopté dans la nuit du 26 au 27 septembre la loi de mobilisation en faveur du logement social, Dominique Lefebvre salue « une bonne nouvelle pour Cergy et pour le Val d’Oise ». Le député maire de Cergy y voit une « une mesure urgente de justice et d’efficacité ».

 Face à la crise du logement, Dominique Lefebvre se réjouit de l’adoption d’une nouvelle loi malgré la réticence de la droite. Une « bonne nouvelle » selon lui. Pour Cergy d’abord, commune dont il est maire, mais aussi pour l’ensemble du département . « Il n’y a pas assez de logements et ils coûtent trop cher », s’insurge l’élu. Et de détailler les effets de la crise du logement : « Jeunes qui n’arrivent pas à trouver un logement pour prendre leur indépendance, familles obligées de rester dans un logement trop petit parce que les loyers sont trop élevés, couples contraints d’habiter très loin de leur lieu de travail parce que les prix d’achat sont inabordables… »

Le nouveau texte prévoit l’augmentations du pourcentage de logements sociaux que devra désormais recenser une commune, 25% contre 20% avant, ainsi que la multiplication par cinq des pénalités « pour les maires qui persistent à être hors la loi ». Un effort nécessaire qui dit être partagé par l’ensemble des communes pour l’élu. « C’est aussi une mesure qui favorise la mixité et le vivre ensemble », ajoute-t-il.

Autre motif de satisfaction pour le maire de Cergy, la possibilité de disposer gratuitement de terrains appartenant à l’Etat pour construire des logements sans avoir à supporter le prix du foncier. « La loi apporte aussi un bol d’air aux organismes de logement social », se félicite Dominique Lefebvre, qui rappelle l’engagement de Cergy-Pontoise en faveur de la construction de nouveaux logements.