Le groupe d’opposants iraniens, blacklisté depuis 1997, a été radié vendredi de la liste noire des organisations terroristes par les Etats-Unis. Samedi, un millier de sympathisants se sont réunis à Auvers-sur Oise, le siège des Moudjahidine du peuple, pour fêter leur "grande victoire".  Selon leur dirigeante, Maryam Radjavi, cette décision "renverse l’équilibre politique en défaveur du régime des mollahs".

 Dans la communauté iranienne d’Auvers-sur-Oise, la nouvelle était attendue depuis plus de 15 ans. Vendredi 28 septembre, Washington a retiré le groupe d’opposants iraniens, de leur liste noire des mouvement "terroristes". Les Etats-Unis suivent ainsi l’Union européenne, qui avait retiré l’organisation de sa propre liste noire en 2009. Pour Maryam Radjavi, la présidente du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), ce retrait constitue "la victoire de la justice et du droit sur l’injustice et la diabolisation". Opposée au régime de Mahmoud Ahmadinejad, Maryam Radjavi en a profité pour appeler "la communauté internationale à reconnaitre l’aspiration du peuple iranien à un changement de régime, à adopter une politique appropriée et à reconnaitre la résistance du peuple iranien pour la liberté et la démocratie".

Les Moudjahidine du peuple sont apparus dans les années 60. Le mouvement s’est d’abord opposé au Chah d’Iran, puis au régime islamique de Khomeini, avant de s’exiler en Irak en 1986. C’est à cette époque qu’une partie des Moudjahidine s’installe à Auvers-sur-Oise, dans le Val d’Oise.

En 1997, les Moudjahidine sont classés sur la liste noire des organisations terroristes par Washington. Pendant la guerre Iran-Irak, les Moudjahidine sont accusés d’avoir mener des actions contre l’Iran depuis le territoire irakienne, avec le soutien du régime de Saddam Hussein. Le mouvement est désarmé en 2003, après l’invasion américaine. Un camp, celui d’Achraf, est alors installé en Irak pour accueillir les Moudjahidine. Achraf est placé sous la protection de l’armée américaine, jusqu’à ce que le gouvernement irakien reprenne la sécurité en main en 2009, annonçant qu’il n’autoriserait pas le mouvement à opérer sur son sol.

 Pourquoi, les autorités américaines ont-elles décidé de retirer les Moudjahidine de leur liste noire ? Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, elle valide un jugement de la cour d’appel de l’Etat de Washington, qui avait ordonné le 1er juin 2012 à  la secrétaire d’Etat américain de sortir les Moudjahidine de sa liste noire et ce, avant le 1er octobre. Mais il y a d’autres raisons. Pour les comprendre, il faut ensuite regarder vers l’Irak, où le camp d’Achraf a été évacué pour un autre camp, "Liberty", sous la pression de Bagdad. Les Moudjahidine ont donc fini par collaborer à la fermeture "pacifique" du camp d’Achraf, alors que les dernières interventions de l’armée irakienne s’étaient soldées par des affrontements meurtriers. Washington est donc soulagé d’avoir trouver une solution à l’inextricable et embarrassante situation d’Ashraf. Enfin, la dernière raison qui a poussé Washington à radier les Moudjahidine de sa "blacklist" tient à l’évolution du mouvement : les opposants iraniens ont en effet renoncé à la violence depuis plusieurs années.