Le Grand Paris s’annonce comme un sujet brûlant du quinquennat de François Hollande. Avec la non-inscription dans le budget de l’Etat du milliard d’euros nécessaire au financement du métro automatique, le projet semble au point mort. Les tirent le signal d’alarme.

Les élus du Val d’Oise sonnent donc la charge pour défendre le métro automatique et plus largement le Grand Paris. A commencer par Arnaud Bazin, président du Conseil général du Val d’Oise, qui se dit « très inquiet » de la tournure des évènements :

Les élus socialistes sont plus mesurés. Ils sont rassurés par les propos de Cécile Duflot, la ministre en charge du Grand Paris qui souligne que « rien n’est remis en cause. » Toutefois, le président de la communauté d’agglomération Val de France, Didier Vaillant, annonce une « période de vigilance », et assure qu’il va l’utiliser « pour convaincre » :