Dans un billet, Axel Poniatowski n’est pas tendre avec la majorité présidentielle. Accusant le PS d’« absence de cap, contresens et imposture », le patron de l’UMP 95 critique le début de quinquennat de François Hollande. 

 L’année 2013 arrive et avec elle les discussions budgétaires. L’occasion pour Axel Poniatowski de tirer à boulet rouge sur la politique du gouvernement : « Non contents d’avoir en quatre mois à peine, assommé les Français de 40 milliards d’impôts supplémentaires, François Hollande et sa majorité de gauche continuent leur matraquage fiscal »

Et selon le député maire de L’Isle-Adam, l’intégralité des contribuables Français imposables devra en assumer les conséquences. « Quand Jean-Marc Ayrault déclare que les hausses d’impôts ne toucheront pas 9 Français sur 10, il est pris en flagrant délit de mensonge. 100% des Français paieront malheureusement plus d’impôts en 2013 », avance-t-il. Principales victimes : « les retraités, les indépendants, les entrepreneurs, les PME et les familles ».

« Absence de cap, contresens et imposture »

Axel Poniatowski dénonce aussi des mensonges de la gauche. « Absence de cap, contresens et imposture sont les principales caractéristiques de ce début de quinquennat. Le meilleur exemple reste encore l’adoption du traité budgétaire européen », fustige le député.
 
Et de rappeler les promesses de campagne du président de la République : « François Hollande nous a d’abord dit qu’il le renégocierait, le qualifiant de carcan budgétaire concocté par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel. Puis, il a tenté de nous faire croire qu’il avait fait rajouter un pacte de croissance, alors que dans le même temps les prévisions de croissance passaient de 1,5% à 0,8% voire à 0,3% ou 0% selon les experts, venant aussitôt le démentir. Pour enfin le faire adopter tel quel, en tordant le bras à sa majorité qui se sentait à juste titre trompée… »