Présent aux côté d’Ali Ziri le 9 juin 2009, lors d’un contrôle routier à Argenteuil, Arezki Kerfali comparait de nouveau pour « outrage à agent ». Le collectif « Vérité & Justice pour Ali Ziri », créé à la suite du décès du retraité deux jours après les faits, appelle à un rassemblement devant le tribunal de grande instance de Pontoise le 18 octobre à 9h, jour de l’audience.

L’affaire Ali Ziri refait surface. Interpellé aux côtés du retraité lors d’un contrôle routier à Argenteuil  le 9 juin 2009, Arezki Kerfali est de nouveau appelé à comparaitre devant les juges du TGI de Pontoise, après une première convocation le 8 mars dernier, toujours pour des faits d’ « outrage à agent ». Il pourra compter sur le soutien du collectif « Vérité & Justice pour Ali Ziri » qui annonce un rassemblement devant le tribunal le 18 octobre. Les membres, qui défendent toujours la thèse de la bavure policière, dénonce « l’utilisation de l’outrage par les policiers pour décrédibiliser les plaintes des victimes de violences policières ». 

Rappel de l’affaire :

Le collectif « Vérité & Justice pour Ali Ziri » a été formé suite au décès d’Ali Ziri, un retraité interpellé avec son ami Arezki Kerfali par la police d’Argenteuil, alors que les deux hommes circulaient en voiture, tous deux alcoolisés. Deux jours après leur interpellation, Ali Ziri décédera. Depuis, le collectif a multiplié les actions de mobilisation pour faire reconnaitre une bavure policière. Une version des faits que tendait à étayer des rapports d’expertise faisant état de la présence d’ « hématomes » sur le corps du défunt, ainsi qu’un témoignage. Une affaire pourtant classée par la justice.