51 ans après la répression sanglante d’une manifestation d’immigrés algériens à Paris, la ville de Sarcelles et l’Asafa rendront hommage aux victimes le 17 octobre prochain à partir de 17h30. La ville de Bezons en fera autant à 18h30.

Il y a 51 ans, Maurice Papon, alors Préfet de Police à Paris, impose un couvre-feu à tous les Algériens de la région parisienne de 20h30 à 5h30 du matin. Appelés à manifester par le Front de Libération National de l’Algérie (FLN), la communauté algérienne se déplace en masse pour un mouvement pacifique à Paris. Le soir du 17 octobre 1961, des dizaines de milliers de personnes convergent vers la capitale. La répression est sanglante et les manifestants hommes, femmes ou enfants sont violemment matraqués par la police de la capitale. On retrouvera des dizaines de corps jetés dans la Seine. A cela s’ajouteront des centaines de disparus et de blessés et des milliers d’arrestations.

Pour ne pas oublier, l’Asafa organise un rendez-vous à 17h30 au stade Nelson-Mandela de Sarcelles, devant la stèle mémorial. A partir de 20h30, le film La bataille d’Alger, de Gillo Pontecorvo, sera projeté gratuitement à la Salle Jacques-Berrier. Un débat clôturera cette journée de commémoration. 

A Bezons, un rendez-vous est fixé à 18h30 sur le pont, devant la plaque commémorative.