Lors du dernier conseil municipal de la ville d’Argenteuil, une motion a été votée pour l’extension du collège Albert Camus. Si la mairie accuse le Conseil général de ne pas avoir, jusqu’ici, « donné suite » aux sollicitations de la commune, le conseiller général et élu d’opposition à Argenteuil, Xavier Péricat, défend le département, dénonçant une « gesticulation médiatique ».

Le conseil municipal qui s’est tenu le 15 octobre dernier à Argenteuil a été l’occasion pour les élus de prendre part au vote d’une motion en faveur de l’extension du collège Albert Camus. La mairie explique que l’établissement compte cette année 500 élèves alors qu’il n’est « configuré que pour 450 élèves ». Un problème que la municipalité déclare avoir signalé au conseil général, sans succès. « Malgré la volonté de la ville de travailler de pair avec le Conseil général sur ce dossier et les différentes sollicitations faites en ce sens, aucune suite n’a été donnée à ce jour », explique-t-elle. Une version contestée par Xavier Péricat. Pour lui, le trop grand nombre d’élèves scolarisé dans le collège est avant tout la conséquence de la politique du maire : « Si le collège Albert Camus voit aujourd’hui ses effectifs augmenter au delà de sa capacité actuelle, il le doit avant tout à la programmation par le maire et son équipe de pas moins de 700 logements et ce depuis 2008. »

En outre, le conseiller municipal rappelle que Philippe Doucet était « jusqu’à l’an passé, vice-président du Conseil général en charge du logement et qu’à ce titre, il ne pouvait pas ignorer que le bétonnage et la densification du quartier se traduiraient inévitablement par un accroissement des effectifs de ce collège du Val Notre Dame. »  Et d ‘ajouter : « Maire et vice-Président du Conseil général du Val d’Oise durant les 3 dernières années, Philippe Doucet disposait de toutes les cartes nécessaires à cette extension… à condition de la vouloir ! »
 
Une mobilisation des parents d’élève
 
La mairie insiste également sur la pression exercée par la population. « Les parents d’élèves et les habitants du quartier nous ont par ailleurs fait part, avec plus de 1000 signatures de la pétition, de leur préoccupation quant à cette problématique, conscients de l’enjeu et de la nécessité de l’extension du collège », explique la mairie. Un argument qui ne convainc pas, Xavier Péricat. Pour lui, le maire a agi par intérêt personnel : « Prévue pour accompagner une élection cantonale, dont chacun prédisait qu’elle serait annulée, je dénonce avec force l’instrumentalisation des parents d’élèves et des enfants de ce collège à des fins électorales très éloignées de l’intérêt de nos collégiens. »

Xavier Péricat fait tout de même part de son désir de voir avancer le dossier. « Nous allons prendre nos responsabilités et étudier les pistes permettant un agrandissement du collège : l’extension en direction de la petite maternelle Jean Jaurès en fait partie mais ce n’est pas la seule possibilité », explique-t-il. Mais selon lui, il faudra que les différentes parties travaillent main dans la main : « Nous avons besoin de travailler ensemble et sereinement avec la ville d’Argenteuil, ce qui suppose notamment que celle-ci réponde à nos demandes. » Et de conclure : « Nous attendons toujours les prévisions d’urbanisme, évolution d’effectifs dans les écoles primaires… demandées depuis le début de l’année ! »