Contestée par son adversaire socialiste aux cantonales, Christophe Dulouard, l’élection de Marie-Evelyne Christin au Conseil général a été validée. L’élue s’était imposée de 37 voix et attendait depuis 2011 de connaître la décision du Conseil d’Etat. En cause, le vote de 87 Sannoisiens.

 Le Val d’Oise reste à droite. Après Xavier Péricat, le Conseil d’Etat a validé l’élection de Marie-Evelyne Christin, autre élue du groupe UVO au Conseil général. Une bonne nouvelle pour la majorité qui devait composer avec le risque de perdre la tête du département. Un épée de Damoclès qui n’a pas cependant empêché l’élue de se consacrer à sa fonction de présidente de la commission Sports & Jeunesse. « Malgré la longueur, l’opacité et les rebondissements de la procédure, dus autant à la complexité de la justice administrative qu’aux manœuvres de son adversaire, elle a su faire preuve d’un sang froid tout à fait  remarquable », se félicite l’UVO.

A Sannois, ville dans laquelle l’élection de Marie-Evelyne Christin était contestée, la conseillère générale a été obligée « d’aller personnellement à la rencontre de tous les habitants dont le vote était contesté (89 au total), afin qu’ils produisent une attestation sur l’honneur prouvant qu’ils s’étaient bien déplacés et acquittés de leur devoir de citoyen », précise la droite.

Et de conclure : « La vérité est rétablie. »