Le préfet du Val d’Oise, Pierre-Henry Maccioni, a rendu public les chiffres de la sécurité routière de 2012 dans le département. Après neuf mois, le bilan est en amélioration par rapport à 2011 : moins d’accidents corporels, de tués et de blessés sur les routes du département. Un phénomène inquiéte toutefois : les conducteurs de deux-roues motorisés représentent la moitié des victimes.

 « L’objectif de moins de 30 morts sur les routes en 2012 est plus que jamais atteignable et nous nous faisons forts d’y parvenir. » Pierre-Henry Maccioni est confiant. Après neuf mois, les chiffres 2012 de la sécurité routière sont en amélioration comparé à l’année passée. Le nombre de tués est en baisse : 18 victimes, contre 22 l’année dernière à la même époque, soit une baisse de 18 %. Même constat pour le nombre de blessés : 1042, contre 1119 après neuf mois en 2011 (-7%). Enfin, le nombre d’accidents corporels est également en diminution. 851 après neuf mois en 2012, contre 955 après la même période en 2011 (-11%)

Un tué sur deux est un usager de deux roues motorisés

Si la préfecture se félicite de ces bons résultats, elle est en revanche inquiète du fort taux de mortalité des conducteurs de deux-roues motorisés sur les neuf premiers mois de l’année. Ce sont en effet 50% des victimes (9 morts) qui roulaient en deux roues, contre 33% de véhicules légers (6 morts), 11% de piétons (2 morts) et 6% de vélos (1 mort). Sur les huit premiers mois, 65% des tués étaient des deux roues motorisés. Au niveau régional (Ile-de-France), la moyenne s’élève pourtant à 37,4%. « Les analyses que nous avons pu mener jusqu’à aujourd’hui ne livrent pas d’explication entièrement satisfaisante quant à cette particularité valdoisienne, concède Pierre-Henry Maccioni, ni pourquoi cela est advenu en 2012 plutôt que l’année dernière ou une autre année. »

Les 25-34 ans représentent un tiers des décès

Concernant les catégories d’âges, les jeunes actifs payent le plus lourd tribut sur les neuf premiers mois de l’année. Les 25-34 ans représentent 33% des décès ( 6 morts),28 % pour les 18-24 ans (5 morts), 22% pour les 50-64 ans (4 morts) et 17% pour les 35-49 ans (3 morts). A noter que les 65 ans et plus n’ont à déplorer aucune perte.

Photo : Simulation d’accident sur l’A1, le 21 mars 2012