Les militants socialistes du Val d’Oise désigneront le 15 novembre leur nouveau premier secrétaire fédéral. En course, trois candidats : Adelaïde Piazzi, Alain Assouline et Rachid Temal.

 Le PS Val d’Oise aura bientôt un nouveau premier secrétaire. Il ne s’agira pas de Dominique Lefebvre, l’élu ayant décidé de ne pas se représenter à la tête de la fédération qu’il gère depuis 2005 [voir notre article]. Les militants auront le choix entre trois prétendants. Deux sont issus de la motion 1 tandis que la seule femme du trio sera candidate sous la bannière de la motion 3.

Chacun veut croire en ses chances. A commencer par Adelaïde Piazzi. Portée par la motion 3, la première adjointe au maire de Montmorency bénéficie d’un soutien de poids en la personne d’Emmanuel Maurel. Ce dernier, élu d’opposition à Persan et vice-président du Conseil régional d’Ile de France, a récemment réalisé un score de 28% dans le Val d’Oise face à Harlem Désir dans le duel pour le poste de premier secrétaire national. « C’est un score qui m’encourage », reconnaît l’élue. Mais la tâche sera difficile face aux deux candidats de la motion 1 de Harlem Désir, largement majoritaire dans le département. Rachid Temal, adjoint au maire de Taverny, se présente comme le candidat officiel : « J’ai le soutien de la motion 1. Un soutien qu’on m’a réaffirmé à Toulouse ». Et Rachid Témal de rappeler qu’il a participé à la campagne de François Hollande et de mettre en avant le soutien de Dominique Lefebvre (lire encadré).
 
Egalement issu de la motion majoritaire, l’adjoint au maire de Bouffémont Alain Assouline sera pourtant bien de la partie. S’il reconnaît que Rachid Temal « possède un léger avantage » sur lui, Alain Assouline croit en ses chances, fort de la liste de ses soutiens : « Jean-Pierre Blazy, François Pupponi, Hussein Mokhtari, Philippe Doucet, Charlotte Brun, Jean-Pierre Muller… » 

Entretenant le suspense, Adelaïde Piazzi « compte sur la désespérance des militants de la motion 1 » pour devenir la première secrétaire fédérale du Val d’Oise. La candidate veut y croire après le congrès fédéral qui s’est déroulé à Cergy: « Ce fut un petit choc. Sur 4 heures, les représentants de la motion 1 ont passé 2h30 à discuter entre eux. » Un débat qui tranche selon elle avec la volonté des militants de « travailler et non de satisfaire des intérêts personnels ». 

Pourtant, le mot d’ordre reste le même pour les trois candidats : « rassembler ». Un objectif qui doit profiter à toutes les sections du département. Alain Assouline entend ainsi rééquilibrer leur traitement qu’il juge actuellement « déporté vers l’ouest » du département. « Il faut que tous les territoires soient respectés de manière égale », assure-t-il. Une vision partagée par  Adelaïde Piazzi, qui veut une fédération tournée vers toutes ses sections. « Il faut leur donner des outils. Soutenir les élus d’opposition isolés, former les candidats aux municipales et engager le dialogue avec les politiques de gauche. » De son côté Rachid Temal se pose comme le candidat du rassemblement. « J’ai le soutien des motions 1, 2, 4 et 5 », assure-t-il. Fort de son expérience lors de la campagne de François Hollande, il souhaite appliquer la même recette : « parler aux militants et réussir collectivement ». 
 
Dominique Lefebvre : « Rachid Temal a déjà fait ses preuves »

 Dans la lutte pour sa succession, l’actuel premier secrétaire fédéral du PS, Dominique Lefebvre a déjà fait son choix. « Rachid Temal a été l’une des chevilles ouvrières de la campagne de Francois Hollande ».
Le député maire de Cergy mise sur la jeunesse du candidat Témal pour permettre à la fédération « de se renouveler».