Le conseil municipal de mercredi s’annonce tendu. Le maire UMP est en difficulté. Lors de la dernière réunion de préparation une partie des élus de la majorité a demandé à Maurice Lefevre un vote de confiance à bulletin secret. Le maire veut évincer sa 1ère adjointe. « Je ne pouvais de toute manière plus assumer cette politique », réagit Marie-France Blanchet.
 
 La polémique enfle à Garges-lès-Gonesse après la dernière réunion de préparation du conseil municipal de mercredi. A l’origine, le ras-le-bol de plusieurs élus de la majorité exprimé à l’encontre du maire UMP Maurice Lefèvre. Une séance pendant laquelle une partie d’entre eux a réclamé un vote de confiance « à bulletin secret ». Un événement vivement critiqué par l’intéressé. S’il ne souhaite pas s’exprimer pour l’instant, le maire fait savoir via son cabinet qu’il dénonce « des méthodes de voyous » et le fait « qu’aucun projet alternatif n’a été proposé ». Un blocage de l’appareil municipal est-il envisageable ? « Nous sommes toujours majoritaires, même si nous sommes fragilisés ». Des craintes que tempèrent la 1ère adjointe au maire Marie-France Blanchet, à qui le maire a retiré ses délégations. « Nous sommes des personnes intelligentes, nous ne voulons pas tout démonter. On essaie de nous faire passer pour un groupe d’opposition », se désole Marie-France Blanchet.
 
 Accusée par le maire d’avoir mené la fronde, Marie-France Blanchet se défend. « Je n’étais même pas au courant, mais je suis d’accord avec les élus mécontents ». Et d’ajouter : « Ils ne peuvent pas s’exprimer. On ne leur a jamais demandé leur avis, seulement de lever le doigt et c’est tout ». Privée de ses délégations, l’ex 1ère adjointe se sent aujourd’hui plus libre : « Je ne pouvais de toute manière plus assumer cette politique ».
 
Comme les autres frondeurs de la majorité au conseil municipal qui critiquent les méthodes du maire, Marie-France Blanchet reproche à Maurice Lefevre son comportement envers « les habitants et du personnel communal ». Dans l’entourage du maire, on y voit surtout une manœuvre pour déstabiliser le premier magistrat. « Marie-France Blanchet veut devenir khalif à la place du khalif. Elle a même déjà commencé à distribuer les rôles de chacun ». Et d’ajouter : « Si elle veut se confronter aux urnes, elle devra attendre 2014. » Un scénario que n’exclut pas l’élue : « J’y pense » admet-elle. « Plusieurs Gargeois me l’ont demandé. Je peux être le changement qu’ils attendent. » 
 
 Hussein Mokhtari : « C’est leur problème »

Interrogé sur les tensions au sein de la majorité, le chef de file PS de l’opposition, le conseiller général Hussein Mokhtari refuse d’entrer dans la polémique. « On ne veut pas faire les arbitres », tranche l’élu.
« C’est leur problème », ajoute-t-il, en précisant que le PS ne changera rien à son rôle d’ici les élections municipales 2014.