Le 16 novembre prochain, le service de pneumologie et de tabacologie de l’hôpital d’Argenteuil proposera de 13 à 16h30 d’évaluer la capacité respiratoire des personnes le souhaitant et une mesure du taux de monoxyde de carbone expiré pour les fumeurs. Objectif, dépister la bronchite pulmonaire chronique obstructive (BPCO).

Provoquée par l’inhalation répétée de substances toxiques et irritantes telles que la fumée de tabac active ou passive, ainsi que certains polluants professionnels ou environnementaux (fumées de combustion, gaz, particules…), la BPCO ne se manifeste souvent que par la toux et l’esoufflement. 

Difficile alors de diagnostiquer la maladie qui peut s’aggraver progressivement, provoquant  insuffisance respiratoire chronique, fatigue croissante, diminution des activités physiques, jusqu’au handicap et à la prise quotidienne d’oxygène. Un tiers seulement des personnes atteintes par une BPCO ont un diagnostic de leur essoufflement (mesure du souffle dans un service de pneumologie, bilan cardiaque et pulmonaire). C’est pourquoi, l’hôpital d’Argenteuil proposera le 16 novembre de 13h à 16h30 à l’entrée de l’établissement des examens menés par des pneumologues.