Il y a quelques jours, Michel Roy annonçait sa démission du poste de maire de Montmagny, mettant en cause un « acharnement » de Force Ouvrière (FO). Le syndicat lui répond aujourd’hui, l’accusant de justifier son choix par « des motifs erronés, fallacieux, inventés et outranciers ».

Jeudi soir, Montmagny aura officiellement un nouveau maire. Michel Roy a en effet décidé de démissionner de son mandat, accusant le syndicat FO de la ville d’exercer sur lui « une pression forte » [voir notre article]. Des déclarations rejetées en bloc par les représentants syndicaux de la ville, qui mettent en avant la « souffrance » des agents « constatées par les rapports annuels de la médecine professionnelle en 2009 et 2010 et par les propres services de la Mairie – DGS et DRH – lors d’une enquête administrative en février 2012 ». Selon eux le maire n’a pas souhaité en « tirer les conséquences ». Et d’ajouter : « La défense des agents publics en souffrance fait bien partie des missions les plus élémentaires du syndicat FO »

Egalement accusé d’être à l’origine de l’abandon de plusieurs projets municipaux, FO se défend : « Ici aussi, les affirmations du maire sont fausses : FO a demandé que certains bâtiments, accueillant du personnel et le public, soient mis aux normes de sécurité Incendie afin de remédier aux différentes entorses au code du travail conformément aux préconisations du Service Départemental d’Incendie et de Secours dans ce dossier ».