Réunis autour des élus du Conseil général pour une nouvelle réunion publique autour du projet de l’Avenue du Parisis, les opposants au tracé ont une nouvelle fois réclamé l’abandon du dossier. Ils proposent en revanche d’améliorer le réseau routier existant et les transports en commun. 

Les réunions se suivent et se ressemblent autour de l’Avenue du Parisis, projet de création d’une 2×2 voies reliant l’A15 à l’A1. Le Collectif Vivre sans BIP appelle toujours le Conseil Général à « prendre acte du rejet du projet ». Dénonçant une première phase de la concertation « organisée précipitamment sur la partie Est de l’Avenue en février », les membres expliquent maintenant constater « un refus massif sur la partie ouest ». Et d’ajouter : « Le Conseil général n’est parvenu ni à convaincre de son utilité, ni à rassurer sur les nuisances affectant les populations traversées et les dégradations inéluctables de l’environnement ».

Le collectif propose « que soient étudiées des solutions d’aménagement des voiries
existantes qui, combinées à une amélioration des transports en commun de proximité, permettraient de faciliter le trafic local aux heures de pointes pour un coût infiniment moindre comme cela a été évoqué aux réunions de Soisy et de Montmorency ».