Sur la question du mariage pour tous, le Front de Gauche a tenu à affirmer sa position favorable à une évolution. Les élus de la formation ont tenu réaffirment leur « exigence absolue d’égalité des droits et ce quelle que soit l’orientation sexuelle ou l’identité de genre des personnes ». 

Le Front de Gauche va même plus loin dans son raisonnement. « L’égalité passe par la possibilité pour tous les couples de se marier, d’adopter des enfants ou de garantir à leurs enfants déjà présents la filiation avec l’ensemble de leurs parents », estime-t-il. Il s’inquiète ainsi « des limites déjà manifestes dans le projet de loi dit du ’’mariage pour tous’’, notamment concernant la non ouverture de la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes, la non reconnaissance de la parenté conjointe hors mariage ou le refus de faire évoluer la présomption de paternité en présomption de parenté ». Le groupe condamne en outre « le recul de François Hollande, avant une nouvelle volte-face, sur la "clause de conscience" qui ouvrait la possibilité pour les maires de refuser des mariages entre deux personnes de même sexe dans leur commune ». 

Et de dénoncer l’opposition parfois musclée : « La droite, main dans la main avec l’extrême droite, les forces de la réaction, au premier rang desquelles les secteurs ultras de l’Eglise catholique, s’organisent pour faire échec au projet de loi gouvernemental. Le Front de Gauche dénonce avec force les agressions physiques perpétrées par des intégristes catholiques le dimanche 18 novembre contre des militantes féministes, des journalistes. Pas question de se laisser intimider ! »