Le Conseil Constitutionnel a confirmé l’élection de François Scellier au poste de député ce vendredi. Une décision qui fait suite au recours déposé par Christine Néracoulis (PS) sur la 6e circonscription du Val d’Oise, lors des législatives. La réclamation portait sur la rémunération d’assesseurs dans les bureaux de votes d’Enghien-les-Bains. 

 Les législatives sont passées, pourtant, toutes les élections n’étaient pas entièrement validées. Ainsi, ce vendredi, le Conseil Constitutionnel a étudié des recours déposés à Hénin-Beaumont, Marseille et… Enghien. Le PS a en effet formulé une réclamation suite à l’élection de l’UMP François Scellier en tant que député de la 6e circonscription. Une requête finalement rejetée par les sages qui permet au doyen de l’Assemblée Nationale de conserver son siège.
 
En cause, un procès verbal émis depuis la ville d’Enghien faisant mention d’une rémunération d’assesseurs par la mairie. « Nous avons demandé au Conseil Constitutionnel si cette pratique est légale », explique Philippe Rolland, délégué de Christine Néraoulis a l’origine du recours.

S’il ne croyait pas à la victoire sur tapis vert de sa candidate, Philippe Rolland précise qu’une « annulation » de l’élection, pour un nouveau vote, ou une « non-prise en compte » des bureaux inciminés était tout de même possible.