Jean-Marc Ayrault, a annoncé une revalorisation de 10% du RSA sur 5 ans. Une promesse qui a fait réagir le président du Conseil général du Val d’Oise, Arnaud Bazin, qui rappelle que « le gouvernement ne compense toujours pas, malgré les promesses démagogiques de François Hollande, les dépenses que les Conseils généraux engagent au titre des 3 allocations de solidarité ».

 L’Etat veut augmenter le Revenu de Solidarité Active (RSA). Une annonce forte qui ne plait pas à tout le monde. A commencer par Arnaud Bazin. Le président du Conseil général, organisme en charge de payer cette aide, annonce « plus de 200 millions d’euros au titre des revenus d’insertion ». Difficile alors d’assumer une nouvelle hausse en période de crise, d’autant que l’Etat entend dans le même temps diminuer le montant de ses aides aux collectivités. « Le Gouvernement a d’ores et déjà annoncé que la baisse des dotations aux Conseils généraux serait amplifiée dès 2014 par une diminution de 750 millions d’euros des transferts aux collectivités », fustige Arnaud Bazin. Lui même contraint a une cure d’austérité départementale, l’élu est formel : « sans ressources nouvelles, les départements ne pourront prendre à leurs comptes une augmentation des dépenses de versement du RSA ».

Et de dénoncer une annonce irréfléchie. « Après le discours de Jean Marc Ayrault ce matin, c’est une nouvelle fois un sentiment de précipitation et d’improvisation qui prédomine », juge l’élu qui réclame « d’urgence du gouvernement des clarifications sur la répartition des nouvelles charges financières ».