Dénonçant « le flou et les contradictions qui entourent le financement du projet d’Avenue du Parisis », la municipalité de Montmorency, par la voix de son maire François Detton, pose une nouvelle fois la question d’un financement par les communes.

 Il s’était déjà publiquement inquiété du financement du projet de l’Avenue du Parisis. Suite au conseil municipal du 17 décembre dernier, pendant lequel Michèle Berthy, conseillère générale de Montmorency, a déclaré que « les intercommunalités ne font pas partie du premier cercle des financeurs », Francois Detton revient à la charge. « On peut donc en conclure sans risque de se tromper qu’ils feront partie du second », répond l’élu.
 
Car à l’heure actuelle, le plus grand flou entoure le financement du dossier. « La concertation organisée par le  département n’a pas permis de clarifier cette question pourtant essentielle », se désole le maire de Montmorency, qui précise que « seuls deux documents mis à la disposition du public par le Conseil général ont évoqué la question du financement ». Problème selon l’élu, sur les 32 pages du dossier de concertation, une seule phrase aborde la question : « Pour le financement de cette opération, le Conseil général sollicitera ses partenaires habituels : la Région, l’État, le STIF… ».
 
Toujours dans l’attente de réponses, l’élu s’interroge. « Tout cela n’est pas très sérieux », estime-t-il. Et d’ajouter : « Il n’a été présenté aucun engagement concret – même de principe – ni de l’Etat, ni de la Région, ni des EPCI »