En juin 2013, toutes les communes devront avoir rejoint une collectivité territoriale dans le casdre du schéma de coopération intercommunale du Val d’Oise. Sur son blog Rêves de Garges, l’ancien patron d’Europe Ecologie Les Verts 95, Yacine Ayari pointe du doigt le regroupement des communes les plus pauvres. 

S’il ne remet pas en cause le principe, Yacine Ayari juge que les critères de territoire ne doivent pas être les seuls à entrer en ligne de compte, alors que la population travaille souvent en dehors de sa zone de résidence. « Il n’est plus possible, alors que l’on parle de transition énergétique au-delà des seuls cercles écologistes, de vivre ici et de produire de la richesse ailleurs », estime-t-il.

D’un point de vu économique, l’écologiste s’étonne que des communes pauvres puissent se regrouper entre elles. Et de citer le cas de Val de France, l’une des collectivités les plus pauvres de l’Hexagone. « Comment est-il possible que des responsables politiques se mettent d’accord pour réunir des villes parmi les plus pauvres de France ? », s’interroge-t-il. « La misère ne se partage pas et elle ne saurait tenir lieu d’avenir commun. Ce sont les richesses qui se partagent et les habitants de nos quartiers, fussent-ils dortoirs, ont bien le droit à leur part ».

L’élu gargeois propose ainsi d’autres alternatives qu’il juge plus équitables. « Il serait bien plus utile que Garges intègre Plaine Commune dont elle est limitrophe et où travaillent de nombreux habitants de la ville pour y produire des richesses dont ils ne profitent pas dans leur lieu de vie », juge-t-il. Et d’autres villes pourraient selon lui se lier à la Seine-Saint-Denis : « D’autres pistes sont possibles pour les communes du voisinage, par exemple Gonesse à Roissy-PdF, pourquoi pas avec Villiers-le-Bel, puis Bonneuil avec l’agglomération du Bourget. Quant à Sarcelles, traversé par la RN1 et désormais équipée du tramway, plus rien ne altérer sa liaison forte avec St-Denis. Là aussi, une intégration à Plaine Commune serait infiniment plus pertinente ».