Le député maire de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, a rencontré mardi Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des transports. L’occasion pour lui d’aborder les dossiers de la ligne LGV Creil-Roissy et du métro automatique du Grand Paris Express.
 
 Le message a été clair : « Non au projet Roissy-Picardie, oui au métro automatique en 2025 ». Jean-Pierre Blazy a été reçu par Frédéric Cuvillier pour évoquer deux dossiers majeurs pour l’avenir des transports est-valdoisiens : la ligne LGV Creil-Roissy et le métro automatique du Grand Paris Express. Objectif, insister « sur le sentiment qui prévaut chez nombre d’élus de ce territoire : une opposition farouche à l’égard des arbitrages susceptibles d’être rendus concernant ces deux infrastructures ».
 
La député maire de Gonesse a ainsi fait part de son hostilité envers la liaison Roissy-Picardie. Celle-ci pourrait relier, par une nouvelle voie ferrée, la ligne grande vitesse (LGV) d’interconnexion à la ligne classique Amiens-Creil-Roissy. « Ce projet n’apportera pas d’amélioration significative des conditions de transport pour les habitants de l’Est du Val-d’Oise et s’ajoutera aux infrastructures existantes qui créent autant de coupures et de discontinuités dans le paysage agricole du nord de la Plaine de France », a expliqué Jean-Pierre Blazy à son interlocuteur
 
Il a donc demandé au ministre de « réexaminer intégralement et dans les délais correspondant à la révision du Schéma national des infrastructures de transport (SNIT) le projet de liaison Roissy-Picardie pour prendre en compte
l’opposition unanimement exprimée par les élus du Val-d’Oise ». Le tout sans pénaliser les Picards. Il a également réitèré sa demande d’audience des élus du territoire par la commission de révision du SNIT.
 
Autre dossier, autre opposition. Jean-Pierre Blazy a profité de son entretien pour critiquer les propositions du rapport Auzannet, sur le financement du projet de métro automatique Grand Paris Express. Celui-ci renvoi la réalisation du
tracé rouge entre le Bourget et Roissy-CDG entre 2030 et 2040. Intolérable pour le maire de Gonesse, qui a fait part  de « ses doutes sur ce qui ressemble à un abandon pur et simple de ce projet ». Un enjeu fort pour le triangle de Gonesse, dont la construction d’Europa City, centre commercial géant, pourrait être impactée en cas de report du début des travaux.  
 
Enfin, Jean-Pierre Blazy a exprimé son désaccord quant au projet CDG Express « qui ne desservira pas les territoires de l’Est du Val-d’Oise et de la Seine-Saint-Denis ». Il a réclamé la réalisation de la ligne rouge « d’ici 2025 » , prioritairement à CDG Express, « y compris sous la forme d’un métro léger comme cela est envisagé sur le plateau de Saclay dans le sud de Paris ».