Suite à une série de dysfonctionnements survenus depuis la rentrée 2012 sur la ligne J, le maire de Cormeilles-en-Parisis, Yannick Boedec, a rencontré des responsables SNCF en charge de la ligne. Un entretien pendant lequel l’entreprise a annoncé l’arrivée de nouvelles rames en 2014 sur la ligne, en remplacement du matériel vieillissant.  

On connaissait les problèmes des lignes A, D ou même H. Pourtant, les usagers de la ligne J ne sont pas en reste. Depuis la rentrée 2012,  ils doivent subir retards et incidents à répétition. Une réunion entre Yannick Boedec et les responsables de la ligne a permis d’éclaircir les causes des perturbations. « La SNCF a expliqué qu’il s’agissait d’une addition de faits regrettables », explique la mairie, qui précise : « Il y abeaucoup de matériel défectueux, notamment des petits gris [ndlr : des trains en inox mis en service sur les lignes franciliennes il y a 50 ans]. » Problème, la maintenance n’aurait pas pu se faire correctement à cause « de l’incendie de l’atelier de maintenance ».
 
La SNCF a ainsi pris l’engagement d’injecter d’autres rames sur la ligne en provenance d’autres réseaux. Surtout, elle a annoncé au maire de Cormeilles-en-Parisis de nouveau trains plus modernes pour remplacer le matériel défectueux. Les usagers devront cependant attendre 2014 pour commencer à en profiter. 
 

Hugues Portelli alerte le ministre délégué des Transports
 
Dans le même temps le sénateur maire d’Ermont, Hugues Portelli a adressé un courrier au ministre délégué des Transports, de la Mer et de la Pêche, Frédéric Cuvillier. Une lettre dans laquelle l’élu fait part de « son indignation quant à la situation scandaleuse des usagers de la ligne J du transilien ».

Il alerte ainsi Frédéric Cuvillier : « Depuis plusieurs mois, malgré leur mobilisation comme celle du maire de Cormeilles-en-Parisis, ils subissent plusieurs suppressions de trains par jour et des retards quotidiens ». L’élu fustige également leurs conditions de transport : « Quand ils ont la chance de pouvoir voyager, ils le font dans de vieux trains gris surchauffés, aux wagons trop petits, debout et entassés pendant le trajet pour un prix du pass Navigo en perpétuelle augmentation ».