Frédéric Vernhes, président de la toute nouvelle chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Val d’Oise était l’invité de l’émission Face à la Presse. Egalement premier vice-président de la chambre régionale, il est revenu sur de nombreux sujets d’actualité, dont le chômage, le Grand Paris ou encore le déménagement des locaux de la CCI à Cergy.

Invité de l’émission Face à la Presse, le président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Val d’Oise, Frédéric Vernhes, a répondu aux questions des journalistes de VOtv et de l’Echo régional – La Gazette. Rendez-vous réalisé en partenariat avec le Parisien Val d’Oise.

« Quand l’automobile est malade, le Val d’Oise tousse »

Il est notamment revenu sur les mauvais chiffres du chômage, en progression depuis plusieurs mois dans le département. « Le Val d’Oise n’est pas une île : quand une crise est en cours, il est touché, comme les autres, explique Frédéric Vernhes. Mais elle prend des dimensions particulières au vu de la constitution du tissu économique du Val d’Oise. C’est un grand sous-traitant de l’automobile. Et quand l’automobile est malade, le Val d’Oise tousse. » A l’inverse, le président de la CCI se félicite de la progression du nombre de création d’entreprises. « Si on regarde le bilan du nombre d’entreprises créées et du nombre en défaillance, on a curieusement une hausse de la création » affirme-t-il.

 « Chaque euro dépensé dans le Val d’oise pour le Grand Paris en rapportera trois ou quatre »

Concernant le sujet du Grand Paris, Frédéric Vernhes a suivi la mobilisation générale des élus du territoire. Présent lors de la conférence des élus du Grand Roissy à l’Assemblée nationale, il souhaite également que le Grand Paris Express passe par le Val d’Oise, au vu du nombre d’emplois en prévision. « C’est incroyable que dans un secteur si créateur d’emplois, avec entre 4000 et 5000 postes créés chaque année à l’aéroport de Roissy, le taux de chômage soit aussi fort, s’exclame-t-il. Le Val d’Oise offre une vraie opportunité de développement, il ne peut pas passer à côté du Grand Paris. » Avec des projets comme Europa City ou le Dôme de Sarcelles, le Val d’Oise générerait même des richesses. « Chaque euro dépensé dans le Val d’oise pour le Grand Paris en rapportera trois ou quatre », estime-t-il.

« L’échelle départementale est là pour apporter de la proximité aux entrepreneurs »

Enfin, le Val d’Oise dispose de sa propre Chambre de commerce et d’Industrie. Elle est désormais située en plein cœur de Cergy, après avoir quitté Pontoise. « Le bâtiment ne répondait plus à certaines normes d’accueil du public, explique Frédéric Vernhes. C’était plus opportun de déménager à Cergy. » Il s’agit désormais d’une chambre départementale et non bi-départementale. Cela s’inscrit dans une réforme des CCI régionale. « Il fallait remettre au niveau régional ce qui lui appartient : le développement économique, la formation…, détaille-t-il. L’échelle départementale est là pour apporter de la proximité aux entrepreneurs. » Concernant le sort de l’ancien bâtiment appartenant à la CCI, Frédéric Vernhes est resté assez vague : «Un beau projet proposait d’ouvrir le bâtiment aux professions libérales, mais cela ne se fera pas, regrette-t-il. La possibilité d’une école est étudiée. La destruction ne sera envisagée qu’en dernier recours. »

 

http://www.dailymotion.com/embed/video/xx34ly