Dans l’Allemagne déchirée et misérable de la guerre de Trente Ans, la cantinière Anna Fierling suit les soldats pour leur vendre et leur acheter munitions, croquenots, poulets… Elle traîne sa roulotte de champ de bataille en champ de bataille, parcourant les routes de l’Europe centrale, de 1624 à 1636, en allant là où son commerce risque d’être viable…

Toujours prête à réaliser une bonne affaire, elle ne reconnaît ni patrie ni religion, rien que les petits profits qu’elle peut tirer des soldats et de la guerre, l’un et l’autre étant intimement liés – « il n’y a pas de soldats sans guerre ». Elle est aussi mère de trois enfants qu’elle a eus de pères différents dont elle ne se souvient plus très bien : Ellif qui est du bois dont on fait les héros, l’innocent Petit-Suisse, honnête par nature, et Catherine, la muette. Ni la haine qu’elle porte à la guerre, dont elle a fait sa raison de vivre, ni la mort de ses trois enfants ne viennent à bout de son effrayante opiniâtreté.

Un théâtre musical
« Aujourd’hui, il nous semble essentiel de renouer avec l’esprit même du théâtre de Brecht, à savoir une jubilation permanente de la tête et du cœur, une œuvre d’art totale où toutes les composantes du spectacle et du spectaculaire se donnent rendez-vous. Nous allons donner à entendre un aspect trop souvent négligé de l’œuvre de Brecht : son inextricable lien entre musique et poésie. Il ne faut jamais oublier que Brecht, en « pilleur » de génie, s’est fortement inspiré de son glorieux ancêtre, Grimmelshausen qui, en 1668, publia Les Aventures de Simplicius Simplicissimus, l’équivalent germanique en force et en puissance du Don Quichotte, et qui créa le personnage de Mère Courage ! Notre Mère Courage sera donc avant tout musicale. » René Fix et Gerold Schumann

« Mère Courage et ses enfants »
De Bertold Brecht
Mise en scène, adaptation : Gerold Schumann

Avec Antonia Bosco, Geneviève de Kermabon, Thibault Mullot, Jérôme Maubert, Jean-Marc Salzmann, Fabien Marais, Maëlle Poésy, Antoine Formica
Nouvelle traduction de Réné Fix | Musique : Paul Dessau et Hanns Eisler | Composition, direction musicale David Aubaile. Assistant mise en scène Jérôme Maubert, Scénographie, Laurent Peduzzi, Costumes Cidalia Da Costa, Création coiffures et maquillage Sophie Niesseron, Lumière Rémi Nicolas.
Co-production : Théâtre de la Vallée / Théâtre 95-Scène conventionnée aux écritures contemporaines. Co-réalisation : L’Athénée – Théâtre Louis-Jouvet. Le Théâtre de la Vallée est subventionné par la DRAC Île-de-France, le Conseil régional d’Île-de-France, le Conseil général du Val d’Oise et la ville d’Ecouen.

Du 30 janvier au 2 février
Mercredi 30, Jeudi 31 janvier à 21 h
Vendredi 1er février à14 h 30 et à 21 h
Samedi 2 février à  21 h


Théâtre 95
Allée du Théâtre à Cergy
Le théâtre est ouvert du mardi au vendredi de 14 h 00 à 18 h 30
le samedi de 10 h 00 à 17 h 00.
Téléphone : 01 30 38 11 99