Alors que le président du groupe départemental Val d’Oise Utile et Solaidaire (VOUS), Didier Arnal, a accusé la droite de ne pas « aimer la jeunesse », celle-ci s’insurge. Le groupe de la majorité au Conseil général, Union pour le Val d’Oise (UVO) et les Jeunes Populaires sont montés au créneau pour dénoncer ses propos.

 Selon Didier Arnal, « la droite n’aime pas la jeunesse ». Des propos que le président du groupe VOUS a prononcé après avoir appris que le Conseil général du Val d’Oise ne subventionnerait plus le Musée de l’Education du Val d’Oise. Une accusation condamnée par la droite. A commencer par les Jeunes Populaires dont les deux responsables départementaux, Anthony Arciero et Morgan Touboul, tirent à boulet rouge sur l’ancien président du Conseil général. 

« M. Arnal, vous n’avez pas le monopole de la jeunesse, loin s’en faut », critiquent-ils. Reprochant à l’élu socialiste de dresser « un tableau aussi caricatural, qui voudrait que la gauche détienne un certificat de bonne conduite indiscutable sur ces dossiers, tandis que la droite serait systématiquement insensible et incapable de répondre aux besoins des jeunes », les jeunes UMP entendent défendre le bilan de la majorité UVO du Conseil général : « Le dispositif EVA, mis en place par l’actuelle majorité au Conseil général, et que M. Arnal qualifie publiquement de bricole  répond précisément à cette demande des jeunes de coup de pouce vers l’autonomie, que visiblement il ignore ».

Et de tacler la gauche : « Respecter la jeunesse, c’est lui permettre de se lancer dans sa vie professionnelle. De trouver son autonomie et sa liberté, de construire son propre parcours et sa propre identité. De lui laisser faire des erreurs aussi. Mais pas de l’étouffer dans le confort ouaté de l’assistanat ». L’occasion de dénoncer la politique des différentes majorité de gauche. Celle du gouvernement d’abord : « M. Arnal, êtes vous bien sûr qu’un Gouvernement de gauche qui ne propose comme horizon à la jeunesse que l’impasse des emplois d’avenir, qui parvient à mobiliser l’intégralité des acteurs de l’éducation contre sa réforme scolaire et qui pénalise les jeunes entrepreneurs, ait réellement compris les besoins de la jeunesse ? » Le Jeunes Populaires s’en prennent également à la Région. « Si vous vous posez en héraut de la jeunesse,  que pensez-vous de la gestion par vos amis socialistes du Conseil régional d’Ile-de-France des politiques de la formation professionnelle et de l’apprentissage, dont les crédits régionaux ont diminué de 20% depuis 2007 ? »  

« La réalité du bilan de l’action de Didier Arnal : beaucoup de discours, peu d’action » 

L’UVO critique également les propos de Didier Arnal. Le groupe de la majorité au Conseil général fustige ainsi le bilan de l’ancien président du département : « beaucoup de discours, peu d’action et aucun résultat concret », selon lui. Et de rappeler l’une des mesures de la gauche : « l’aide au permis de conduire », considérée comme un projet « coûteux, démagogique et inefficace ». « En hissant le Val d’Oise à la 3e place des départements les plus endettés de France, M. Arnal est responsable de la disparition de notre capacité d’auto-financement et de la réduction de nos marges de manœuvres budgétaires », fustige l’UVO.

Le groupe met en avant son dispositif « EVA » (Entrée dans la Vie  Active), « dont 1 000 jeunes Valdoisiens ont déjà pu bénéficier », estimant qu’il « répond réellement à leurs besoins et entraîne un effet de levier indiscutable ». Et de rappeler son soutien à l’association Ensemble 2 Générations, « qui favorise le logement intergénérationnel », et son action en faveur  de la « construction d’un nouveau collège sur le Parisis ».