Alors que la ligne A du RER a bénéficié de l’introduction de rames neuves sur son réseau, Valérie Pécresse, présidente du groupe Mouvement Populaire au Conseil régional, appelle à redéployer les anciens wagons sur le RER D. « Tous les moyens doivent être utilisés pour améliorer la qualité de service rendue aux usagers », estime l’élue.  

 En proie à des difficultés sur son réseau, le RER D devrait bénéficier de rames supplémentaires. C’est l’avis de Valérie Pécrese qui dénonce « la non-utilisation de dizaines de rames de RER sur le réseau francilien ». Leur origine, la ligne A. « Avec le renouvellement des rames du RER A décidé par Nicolas Sarkozy en 2008, un nombre important d’anciennes rames (MI 84) se retrouvent aujourd’hui sans emploi, stockées sur des voies de garage », argue-t-elle. 

Et de dénoncer « l’inertie coupable » de la majorité de gauche au Conseil régional : « Cette situation est d’autant plus inacceptable que la majorité PS-EELV dirigée par Jean-Paul Huchon connaissait depuis 2008, date du marché d’acquisition du nouveau train (MI 09), la réalité de la situation ». La présidente du groupe d’opposition Mouvement Populaire explique ainsi avoir écrit à Jean-Paul Huchon pour obtenir, « à titre temporaire », qu’une vingtaine d’anciennes rames du RER A soient redéployées sur le RER D. Elle demande en outre la « commande de la tranche optionnelle pour l’achat de 97 Franciliens supplémentaires ».