Après ses attaques sur la politique du Conseil général pour la jeunesse, Didier Arnal, chef de file socialiste de l’opposition revient à la charge sur les questions du logement. Le président du groupe Val d’Oise Utile et Solidaire (VOUS) fustige « la démission de deux Conseillers généraux, UMP-UVO, siégeant au Conseil d’administration de l’OPIEVOY » et « la clôture de la convention pour la gestion des aides à l’habitat privé entre le Département et l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) ».

 Didier Arnal est clair, le département n’agit pas en faveur de l’habitat. Pire, selon lui, « la majorité UMP-UVO amplifie le contexte dégradé de l’habitat en décidant de baisser considérablement le soutien à la construction et à la réhabilitation du logement, particulièrement en direction du logement social ». Après son attaque autour de la politique jeunesse du département, le président du groupe VOUS critique de nouveau les décisions du Conseil général du Val d’Oise. L’élu s’appuie sur deux événements récents pour étayer son propos, deux « décisions incompréhensibles », selon lui. 

La première, « la démission de deux Conseillers généraux, UMP-UVO, siégeant au Conseil d’administration de l’Office Public de l’habitat Interdépartemental de l’Essonne, du Val d’Oise et des Yvelines (OPIEVOY), premier bailleur social public d’Ile de France ». Pour l’ancien président du Conseil général, cette décision ne serait pas liée « à un désaccord de fond concernant les orientations prises par la Direction Générale en matière de programmation immobilière ou l’absence de transparence en matière de gestion budgétaire et financière » [voir notre article] mais à « une lutte de pouvoir ». Autre événement critiqué par Didier Arnal, « la clôture de la convention pour la gestion des aides à l’habitat privé entre le Département et l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) ».