Alors que le conseil municipal d’Argenteuil a voté, le 3 décembre dernier, la mise en place d’un « conseil des cultes », géré par la mairie, ainsi qu’une « journée des spiritualités », la fédération du Val d’Oise de la libre pensée et les Laïques d’Argenteuil s’insurgent. Ils reprochent également au maire de leur avoir refusé le prêt d’une salle pour l’organisation d’un meeting des Laïques du Val d’Oise. 
 
Après l’adoption de plusieurs mesures en faveur dez cultes à Argenteuil, les laïques de la commune sont montent au créneau. « Ce vote engage Argenteuil dans la voie de la rupture de l’égalité républicaine en favorisant outrageusement les cultes contre les non-croyants », estiment-ils. La fédération, qui demande Philippe Doucet le retrait du vote, critique également un autre choix de la mairie. Ils dénoncent ainsi « le refus [de M. Doucet, député-maire d’Argenteuil], de [leur]fournir une salle dans des conditions matérielles correctes », pour qu’ils puissent organiser leur meeting des Laïques du Val d’Oise.
 
Dans cette affaire, Laurence Marchand Taillade, présidente de l’Observatoire de la Laïcité du Val d’Oise vient de faire parvenir un recours au tribunal administratif de Cergy. Pour elle, les faits sont « une atteinte à la loi de 1905 où la politique inféode le religieux et inversement ».
 
Dans le département, une centaine de laïques relayent cette demande, appuyés par ceux de la France entière.
 
Contacté, le maire d’Argenteuil, Philippe Doucet, n’a pas donné suite.