Selon un rapport publié par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme (IAU) d’Ile-de-France, la valeur du foncier rural francilien a augmenté de 170% depuis 2001. Une forte hausse, même si l’étude démontre que la Région reste à un niveau peu élevé en comparaison d’autres zones en France.

Avec un prix moyen de 6,54 €/m², soit une progression de 170 % depuis 2001, le tarif du marché rural d’Ile-de-France a augmenté. C’est ce que révèle l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile-de-France qui s’appuie sur des données Safer 2000 – 2011. L’organisme, note que l’espace rural francilien n’a pas souffert de la crise financière et immobilière de 2008. Le volume financier a en effet diminué brusquement à partir de 2008 et le prix moyen du mètre carré reste toujours stable, même s’il est passé de plus de 7€/m² en 2008 à 6,54 €/m² en 2011. Un niveau cependant moindre que dans certaines régions de l’Hexagone.
 
En cause, la forte urbanisation du territoire. « Il demeure avant tout gouverné par les tensions qui naissent de la présence d’une agglomération de près de 12 millions d’habitants sur un territoire régional réduit et sur lequel après avoir stoppé la diminution des espaces naturels, nos concitoyens et leurs élus cherchent à y maintenir une agriculture vivante », précise l’IAU. Des phénomènes localisés qui se sont également diffusés à l’ensemble du territoire francilien ces dernières années. Chaque année, 1% des terres changent de propriétaire sur un marché régulé.
 
Le retour du monde agricole sur marché rural

L’étude révèle également que la majorité des acquéreurs ne sont pas issus du monde agricole, même celui-ci fait son retour depuis plus d’un an « En 2011, 3 260 ventes ont été réalisées au profit d’acquéreurs non agricoles contre 942 au profit d’acquéreurs agricoles. Entre 2002 et 2006, ce nombre est en forte augmentation (+ 56 %) pour atteindre 4 170 transactions », précise l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile-de-France. Le segment des acquéreurs non agricoles subit cla plus forte baisse des transactions, avec -27% entre 2006 et 2008.