Alors que le vote de la proposition de loi communiste visant à augmenter le versement transports en Ile-de-France pour financer le Pass Navigo à tarif unique a été repoussé, Valérie Pécresse, chef de file du groupe d’opposition UMP, ironise. Selon elle, cet événement « illustre la zizanie à gauche sur ce dossier ».

Après le rejet en commission des affaires sociales du Sénat la semaine dernière, puis le report cette semaine du vote d’une proposition de loi visant à financer le Pass Navigo à tarif unique, la droite régionale ironise. Pour Valérie Pécresse, présidente du groupe Mouvement Populaire, la situation « illustre la zizanie à gauche sur ce dossier ». L’élue constate que Jean-Paul Huchon, président du STIF, doit faire face à l’opposition de sa propre majorité parlementaire. « Alors que Jean-Paul Huchon se pose comme le défenseur de cette mesure pour financer le Pass Navigo à tarif unique – un engagement de campagne qui lui a permis d’obtenir le soutien des Verts pour le second tour des élections régionales de 2010 – ses amis parlementaires socialistes refusent de soutenir ce texte, condamnant ainsi son adoption », explique-t-elle. Un « brutal retour à la réalité pour une gauche francilienne dont la politique se résume à afficher des promesses démagogiques impossibles à financer », ajoute l’élue UMP pour qui « il est totalement inenvisageable de taxer encore, à hauteur de plus de 500 millions d’euros par an, les entreprises regroupant 80 % des emplois franciliens ». 
 
Selon elle, la priorité est « la modernisation des RER » et « la réalisation de l’intégralité du Grand Paris Express, d’ici à 2025 ».